Free State of Grand Kasai


Welcome to the Commission for de facto implementation of
Economic and Administrative Autonomy for Great Kasai
World Wide Web Service

The Commission for de facto implementation of Economic and Administrative Autonomy for Great Kasai World Wide Web Services provides public access to information about the Nations of Grand Kasai, its People, Organizations and general information of the Country.

Ngoma Ya Kuimbila Banfumu Tukadi Tuimbila Tupumba

 

 

Tshisangilu Tshia Balunda Ba Kasai
Munena wa Balengela Bua Diya Dia Kumpala

Commission des Amis du Grand Kasai pour l’Autonomie
 de son Développement Économique et Social

Commission for de facto implementation of
Economic and Administrative Autonomy for Great Kasai

Established on the 15 April 2012

The purpose and aims of the Commission is to establish a road map for the implementation of a Economic and Administrative de facto state in Great Kasai.

Thus the Commission will establish communication with the political power bases in Kinshasa, and all those diplomatic, juridical and economic organizations both governmental and inter governmental, in order to assist and establish a sound and credible alternative mechanisms for Economic and Administrative Autonomy in Great Kasai, thus bringing much needed, progress and development to its citizens and the population of Great Kasai in general.

Concerning the grave state of affairs in the Democratic Republic of the Congo, and considering that the present political and administrative system has grossly failed, change it is now needed more than ever in its brief history.

Commission Board Members

Chairman
Rt Hon TSIMBALANGA NDONDA Charles

Deputy Chairman
Rt Hon NTAMBUE Petelo

Secretary
KALAKI SAKATA Desire

Treasurer
MPOLESHA KATOLO Francois

 


Proclamation de l'état autonome su Sud Kasaï

8 Août 1960

Après le Katanga et comme malheur ne vient jamais seul, Le 8 août 1960, Albert Kalonji, ami personnel de Moïse Tshombe, proclama l'autonomie du Sud-Kasaï, avec comme capitale Bakwanga (actuel Mbuji-Mayi). Le rêve d’un Congo uni et unitaire venait de se briser. Dans les frontières de la jeune république fraîchement née cohabitèrent trois Etats distincts, chacun avec son président, son gouvernement, son drapeau, son parlement voire son armée. Outre la république du Congo, venaient successivement de naître en l’espace de quelques semaines l’Etat du Katanga et l’Etat minier du Sud-Kasaï qui deviendra plus tard l’Etat autonome du Sud-Kasaï.

 Cette brèche ouvrit la porte à toutes les rebellions futures comme celle du Kwilu avec Pierre Mulele et celle de Kisangani où fut même proclamée la République populaire du Congo. A peine né, le Congo devait faire face aux problèmes très aigus qui menacèrent son intégrité territoriale. Les tares de ces divisions antérieures sont encore visibles de nos jours. Le Congo ne s’est pas encore débarrassé de ses vieux démons.

Cette photo montre déjà à l’époque les contradictions des politiciens congolais. Après la Table ronde de Bruxelles qui les avait pourtant tous réunis et unis autour de l’indépendance, ils se sont vite brouillés. Moins de deux mois après le 30 juin 1960, il y eut deux sécessions successives. Sur ce cliché, on voit pour un seul pays, le Congo, les représentants de ses trois différents Etats en train de signer le document d’un accord afin de former un bloc commun contre le danger d'une tutelle des Nations Unies, la tyrannie communiste et une guerre du style de la Corée. C’était à Elisabethville un certain 28 février 1961. Sur cette table, assis l’un à côté de l’autre, on reconnaît un premier ministre et deux chefs d’Etat. Joseph Iléo représentait Joseph Kasa-Vubu son président. Il était Congolais alors que les deux chefs d’Etat à ses cotés (Le mulopwe Albert Kalonji Ditunga et le raïs Moïse Tshombe Kapenda) étaient eux Sud-Kasaïen et Katangais.

Voici la composition du gouvernement du Sud-Kasaï au vendredi 02 juin 1961 tel que rendu public par l’Assemblée nationale du Sud-Kasaï.

Chef de l’État: S.M. le Mulopwe Kalonji Albert Ditunga Le Vice-président: S.E. Joseph Ngalula Ministre de l’Information et de la Gendarmerie: M. Ferdinand Kazadi Ministre de l’Intérieur : Jonas Mukamba Ministre de la Justice: M. le Docteur Tshisekedi Ministre de la Santé: le Docteur Ilunga Félicien Ministre des Travaux Publics: M. Ngandu Paul Ministre du Travail et des Affaires Sociales : M. Tshiswaka Théodore Ministre des Finances: M. Nyembwe Albert Ministre de la Fonction Publique: M. Beya Norbert Ministre de l’Agriculture: M. Ngandu Adolphe Ministre des Télécommunications et Voies des Communications: M. Kasanda Justin Ministre de l’Enseignement: M. Ilunga Jérémie Ministre d’Etat et des Affaires Economiques : M. Kankolongo Albert Secrétaire d’Etat au Commerce: M. Bazila Jean Secrétaire d’Etat à l’Education Civique: M. Muntu André Secrétaire d’Etat aux Réfugiés : M. Ngoyi Hilaire.

Une coupure des A.A. de l'année 1960, fournie par Dom Munsiensi


Wa mona Tshilobo tshikala kwenu wa muana mua kuenda madiunda

Notre Histoire

Entendu que le Peuple Africain du Grand Kasaï - ceux de l'actuel Kasaï Oriental et Occidental inclus- se sont identifiés comme un seul Peuple et pour ainsi, ont ils collectivement résisté aux différentes formes d'Oppression, d'Esclavage, de Discrimination, d'Aliénation, d'Exclusion, de Tribalisme et même de Génocide leur imposé pendant une moitié du siècle environs par les politiques et les autres décideurs de ce que l'on appelle aujourd'hui "La République Démocratique du Congo" (RDC);

Et entendu que depuis l'indépendance (1960), depuis l'avènement de leur fils Emery Patrice LUMUMBA, Premier premier ministre du Congo indépendant, le peuple du Grand Kasaï a été victime d'exploitation économique, de répression politico-militaire, sécuritaire et de violation de ses droits humains par des Gouvernements répressifs successifs de Josephs et de Désirés : Joseph KASA-VUBU, Joseph Désiré MOBUTU, Laurent Désiré KABILA et Joseph KABILA ;

Et entendu qu'un nombre important de notre peuple a été forcé par tous ces systèmes politiques de dépravation socio-économique et politique et par autres formes de persécution et de répression à abandonner leur habitation pour se trouver condamné a l'exile externe ou interne (déplacement forcé);

Et entendu que les différentes tentatives de libération des années 1960 ont souffert de manipulations tribales, de complots et de répressions sanglantes par les autorités politico-militaires de Léopoldville aujourd'hui Kinshasa (le carnage de BAKWANGA); C'est donc le cas de MULOPWE ALBERT KALONJI DITUNGA avec l'Etat Autonome du Sud Kasaï ou de l'UDPS des années 1970 inspirée par un nombre important de vaillants combattants de liberté en majorité du Kasaï, avec comme objectifs principal la démocratisation de l'ex-Zaïre et la fin du régime dictatorial, pour un règne de justice, de bonne gouvernance et de liberté. Il s'agit des Honorables: Paul KAPITA SHABANI, Isidore KANANA TSHIONGO, LUSANGA NGIELE, MAKANDA MPINGA, Joseph NGALULA MPANDANJILA, MPINDU MBWABWA...et l'incontestable Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA.

Et entendu que depuis plus de 40 ans d'oppression et d'exploitation du peuple Kasaien, le combat pour sa libération n'a pas été jusque là radicalisé et organisé par un organe politique compétent ou une machine administrative, économique, financière, politique, sécuritaire, et militaire propre, ayant les objectifs et stratégies spécifiques, répondant aux intérêts vitaux du peuple du Grand Kasaï;

Et entendu que la gestion politique personnalisée, l'exploitation de nos ressources du sol et du sous-sol-principalement nos produits miniers tel le Diamant-, la dictature, les abus de droits humains et autres exactions allant jusqu'à l'incitation des autres peuples au génocide du peuple Kasaien, ont conduit le peuple du Kasaï à une résignation; accentuant son niveau de souffrance sur le plan social... une situation devenue permanente, donc intolérable et qui incite à la révolte;

Et entendu que dans son soucis du bien être du peuple du Grand Kasaï, les participants au Forum sur l'Avenir du Grand Kasaï et de Son Peuple, tenu pour de raison sécuritaire du 06 au 10 décembre 2004 à Londres, par des imminents cadres multidisciplinaires et politico-militaires Kasaiens de l'intérieur et de l'extérieur, ont pris à l'unanimité la décision grave telle qu'il ressort des Actes du Forum de Londres, de travailler avec acharnement pour une instauration sans délai de La REPUBLIQUE DU GRAND KASAI (RGK), en mettant sur pied un mouvement politico-militaire dénommé FRONT DE LIBERATION DU GRAND KASAI, en sigle FLGK, ayant comme ultime et objectif immédiat d'intensifier par des moyens militaires, politiques et diplomatiques la libération du peuple et du territoire du Grand Kasaï;

Et entendu qu'un appel a été ainsi lancé au peuple Kasaien de l'intérieur et du monde entier, à l'instar du peuple juif et palestinien, à s'engager nombreux et à contribuer avec tous les moyens nécessaires appropriés pour un tel combat qu'engage aujourd'hui le FLGK. Le temps est donc venu pour donner au peuple du Grand Kasaï, la possibilité de consolider son combat pour la liberté, la paix et la stabilité.
Et entendu que les résolutions du Forum Kasaien de Londres s'accordent pour l'établissement immédiat d'un Etat souverain et moderne du Grand Kasaï avec sa capitale l'Etat fédéral du LAC MUNKAMBA; une République capable de promouvoir la démocratie, la justice sociale et le développement socio-économique durable dans l'intérêt supérieur du peuple Kasaï. C'est donc à ce prix de sang que la lutte armée basée sur cet entendement de notre respectabilité que le grand et vaillant peuple du Grand Kasaï arriverait à son unité, son progrès social et son développement.

La victoire est certaine!

Que Dieu bénisse le peuple du Grand Kasaï et la République du Grand Kasaï

"KASAI WA BALENGELA, NKONGA LEJA BULELA, TUDI BENA MUNTU"


GEOGRAPHIE

Il est établi une Free State of Grand Kasai, ayant comme capitale LAC MUNKAMBA. Le Free State of Grand Kasai compte une population d'environ 20 millions de personnes, et est un territoire divise en districts anciennement compris entre:

D'une part dans le Kasaï Occidental:

1. le district du Kasai : 95.631 km2
2. le district de Lulua : 61.336 Km2

Et de l'autre dans le Kasai Oriental

1. le district de Sankuru : 104 331 Km2
2. le district de Tshilenge : 9.481 Km2
3. le district de Kabinda : 26.010 Km2

Soit un total en territoire de 296.789 Km2, délimite par les provinces de la soi-disante République Démocratique du Congo de l'Equateur au Nord, le Bandundu a l'Est, le Maniema a l'Ouest, le Katanga au Sud.

CLIMAT - VEGETATION
• Climat tropical caractérisé par deux saisons : une saison sèche et une saison des pluies
• Deux types de végétation: forêt au nord ouest , savane au centre


"Le secret du bonheur c'est la liberté et le secret de la liberté, c'est le courage."

ARMEE DU PEUPLE

Il est créé, une organisation politico-militaire, une armée du peuple, reconnue sous le nom du FRONT DE LIBERATION DU GRAND KASAI, FLGK en sigle.
Ce mouvement s'emploi a réalisé une révolution populaire armée, pour la réalisation des objectifs importants que se fixe le FLGK ; et devrait pour ce faire coordonner et matérialiser toutes les actions d'une armée populaire.
La plus haute instance du FLGK est le HAUT COMMANDEMENT MILITAIRE que dirige un Chef d'Etat Major.
Le Président du FLGK est le Président de la RGK et, à ce titre, il est le Commandant Suprême du FLGK.

COOPERATION ET SOUTIEN

La République du Grand Kasaï et Le Front de Libération du Grand Kasaï remercient tout citoyen et toute citoyenne du Kasaï, de l intérieur et d'extérieur, pour leur support moral, financier, matériel et toute expertise mis à la disposition du mouvement et de la reconstruction du KASAI.
Nous remercions vivement nos combattants militaires de l'intérieur et d'extérieur pour leur courage et leur dévouement manifesté lors du Recrutement, de la formation etc.
Nous tenons à remercier nos amis Congolais des Provinces voisines de la RDC, nos amis d'Afrique, d'Europe et d'Amérique du Nord pour leur Soutien matériel et moral.

CAPACITE MILITAIRE

Le FLGK a un objectif d'une armée organisée et modernisée avec au moins 1.000.000 de combattants militaires, hommes et femmes de toutes les provinces du Grand Kasaï.
Leur formation adaptée doit concerner la défense de l'intérêt national et la protection du peuple du Grand Kasaï.
La force Aérienne du FLGK doit défendre l'espace aérien de notre Territoire. Pour cela, une formation technique appropriée est orientée vers l'acquisition d'une expertise moderne pour un usage ad équat des avions de guerre et d'équipement moderne.

EQUIPEMENT DE LA DEFENCE

Le FLGK dispose des équipements modernes de la défense, dotés des mécanismes pour contraindre toute aventure d'agression de son territoire national.
Nous voulons tenir cette opportunité pour annoncer l'Achat de Nos:
• Avions de chasse dotés de la capacité de lance-missiles et des Radars.
• Puma Elicopiteurs équipé de lance rockets
• Anti-missiles pour une défense robuste et les contre-attaques aériennes
• Radars et Satellites placés à des endroits stratégiques du Pays
• Chars de combat pour une défense terrestre
Nous Rassurons l'opinion internationale sur la ferme détermination du FLGK, de libérer et rendre le GRAND KASAI, un Etat souverain et moderne.


«Wa mona Tshilobo tshikala kwenu wa muana mua kuenda madiunda»

LES ACTES DU FORUM DE LONDRES

Il s'est tenu à Londres, Grande Bretagne, en dates du 06 au 10 décembre 2004, un important FORUM sur le thème l'AVENIR DU GRAND KASAÏ ET DE SON PEUPLE .

Pour de raisons sécuritaires, plusieurs cadres du GRAND KASAÏ se sont ainsi retrouvé ici a Londres, Grande Bretagne, dans cet important FORUM, pour évaluer leur avenir commun dans ce que l'on appelle aujourd'hui la Republier Démocratique du Congo (RDC), une République bananière qui ne nous appartient nullement nous, peuple du KASAI, et qui de ce fait, ne contribue nullement à notre épanouissement en tant que peuple.

Après évaluation de derniers 40 ans de MOBUTU aux KABILA I et II, les participants au Forum de Londres se sont accordés sur ce qui suit:

1. L'état d'exclusion politique et sociale nous impose par les soi-disant autorités politiques de Kinshasa. L'analyse de cette situation a démontre que le dédain vécu par le peuple kasaien a culmine dans une politique de manipulation politicienne qui soumet notre peuple a la résignation face aux autres peuples congolais.

2. La recrudescence de la politique de discrimination qui se trouve entretenue de plein gré par les acteurs politiques de Kinshasa prend son corps dans une conduite tribaliste de ces mêmes politiciens véreux qui sans soucis du bien être du peuple kasaien et de l'équilibre social au niveau national, se contentent donc d' inoculer aux différents peuples du Congo, dans toute joie et dans toute impunité, le venin d'une haine aux conséquences néfastes au point de susciter à notre égards de comportements d'exclusion a tous les niveaux de vie au quotidien.

3. Rappelons-nous de la psychologie populaire : BOMA MULUBA TIKA NYOKA..., de KAZI IKO KASAI APANA..., de BUS ESALI ACCIDENT BABOMI BA CONGOLAIS MIBALE NA MULUBA MOKO (Moluba devenu le qualificatif pour designer tout kasaien) NDAKO NA GAI NA KOPESA KASAIEN TE...ou de décisions politiques nationales de bannir les officiers Kasaiens avec interdiction de contracter dans aucune entreprise publique de la place, et de sortir de la ville de Kinshasa. Certains, les plus malheureux avaient été tout simplement renvoyés dans leurs villages natals avec interdiction de mouvement. Sans aucune forme d'assistance, ces personnes et les membres de leurs familles ont été tués à petit feu.

4. Pour ce faire, Plusieurs Kasaiens , la plupart cadres, intellectuels, hommes d'affaires et familles entières ont été contraint de vivre en exile interne ou externe a la recherche des cieux paisibles pour vivre et se développer.
EN 1994 au KATANGA, suite aux intrigues et manipulations politiques de MOBUTU, KYUNGU , le feu N'GUZA KARL I BOND et autres KYUNGU WA KUMWANZA, le peuple Kasaien a connu un génocide pendant plusieurs jours ; avec la mort des plusieurs dizaines de milliers d' hommes, de femmes et d'enfants. Ajouter a cela un bannissement d'emploi et une confiscation des biens meubles et immobiliers pour les contraindre a allé chez eux au Kasaï ou ailleurs dans le monde.

5. Après avoir perdu biens et membres de familles lors de ces génocides, beaucoup de milliers de Kasaiens se trouvent résigné au Kasaï après leur déplacement forcé, dans un dénuement quasi total.

6. Aujourd'hui le KASAI comptent plusieurs enfants de la rue issus de cette situation inhumaine. A cela s'ajoute un autre dilemme social, les filles et les femmes venues du KATANGA se trouvent livrées à la prostitution qui leur apporte le SIDA et les condamnent à la mort. Beaucoup des parents, cadres et hommes d'affaires ayant perdu tous leurs biens et ressources, ne pouvant pas supporter cet état de dénuement ont préfère se suicider, s'ils n'étaient pas tues par des maladies endémiques qui ont décimées plusieurs milliers de survivants.

7. A l'arrivée du pouvoir KATANGAIS de KABILA I et II, beaucoup de ces promoteurs du génocide des KASAIENS se sont vus récompenses et promus a de fonctions importantes tel les cas de KYUNGU WA KUMWANZA nommé ambassadeur et d' un autre civile du nom de John NUMBI devenu lui, Général et Chef d'Etat Major de l'Armée Nationale Congolaise ; et ces derniers ont use de leur statuts pour protéger et enrichir leurs ouailles au détriment des Kasaiens.

8. Sur le plan politique , de MOBUTU aux KABILA I et II, Les acteurs politiques Kasaiens ont toujours été voue à l'exclusion dans le partage de postes politiques a haute responsabilité au niveau de la commande de l'Etat.

A chaque fois qu'un Kasaien est en vue pour une mission au sommet de l'Etat, les intrigues des acteurs politiques de Kinshasa n'hésitent pas a employer de gros moyens leur reconnus de la vieille culture zaïroise et mobutiste : mensonge, manipulation, corruption, prostitution.
C'est ainsi que le Kasaien Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA, figure politique nationale incontestée au Congo et reconnue pour sa constance d'un long et dure combat politique en Afrique et dans le monde, a toujours été discrimine et mis à l'écart de la commande du pouvoir au sommet de l'Etat national à cause justement de son origine kasaienne.

Le monde entier a sa version de faits quand a la vie et la mort du Premier ministre du Congo indépendant, Patrice E. LUMUMBA, autre leader politique kasaien qui a, lui, connu au début de 1960, les conséquences de ces méthodes d'exclusion, de discrimination tribales de politiciens de Kinshasa : intrigues et assassinat sinon la prison non justifie, le bannissement ou l'exile externe pour les plus chanceux de kasaiens. Que dire alors de feu André Guillaume LUBAYA, autre leader politique Kasaien qui a été non simplement enlève et assassine lâchement pour avoir revendiquer le bien être de son peuple, mais été mange par les autorités politiques de Kinshasa dans leur haine de notre peuple.

Comme eux, beaucoup d'autres Kasaiens, hormis leurs compétences, ont subi toutes ces formes multiples de discrimination, de traitement tribale et d'exclusion sociale avec le pouvoirs successifs de la RDC qui se trouvent être amplifiées par le pouvoir Katangais depuis 1977. C'est ainsi que certains promoteurs de la lutte de libération qu'avait conduit le soi-disant M'zee se sont tout simplement retrouve en dehors de toute position politique a cause de leur origine kasaienne.

KABILA Laurent (Désiré) n'a été qu'un paravent qui ne connaissait nullement les tenants et les aboutissants de la guerre de Libération ; si bien que ne connaissant pas les engagements réels vis a vis des tiers, il n'a pas su les honorer et a par ses faits, gestes et prise de positions naïves, plonge le Congo dans une guerre dite d'agression moins d'un an après la chute de MOBUTU, ceci par le non respect des accords et surtout par son ingratitude. Déjà au départ de Goma, le même Laurent KABILA, hante par le démon génocidaire s'est contente d'exterminer un de ses chefs militaires a cause de son origine kasaienne : le feu NGANDU KISASE.

9. Sur le plan de distribution de la Justice, au niveau national et international , notons que Le feu N'Guz A KARL I BOND, autres KYUNGU wa Kumwanza, le aujourd'hui General John NUMBI et compagnons n'ont jamais aucunement été inquiètes, ni par la justice nationale congolaise, ni celle internationale, après leur incitation du peuple Katangais au génocide des Kasaiens. Un génocide, le deuxième du genre, subi par le même peuple, et qui provoqua la mort de plusieurs milliers de Kasaiens dans des conditions des plus inhumaines sous les cameras du monde entier et cela sans aucun mot de décideurs de la communauté internationale.

Le peuple Kasaiens soumis a chaque fois aux traitements inhumains n'a nullement note jusque la, aucune résolution de l'Union Africaine, du Conseil de Sécurité des Nations Unies ou de l'Union Européenne dans le sens de sa protection ou de la prévention du génocide et discrimination sociale et politique lui infliges par les milieux politiques nationaux a chaque fois qu'il entend exprimer les droits politiques et civiles lui reconnus par la Charte et Conventions de l'Union Africaine et des Nations Unies.

Jamais dans l'histoire de l'humanité l'on peut qualifie un génocide ou une discrimination de petit ou de grand (le cas du génocide Rwandais ou Juif), car tout est monstruosité. Les auteurs de ces faits sont condamnables par Loi et les victimes sujettes au dédommagement. Dans le cas d'espèce ni condamnation ni dédommagement n'a été enregistre pour le peuple du KASAI.

Plusieurs victimes Kasaiens encore en vie aujourd'hui, ont été contraint a l'exile interne au Kasaï, Kananga, Mbuji-Mayi, Muene-Ditu, Tshikapa..., et parmi eux les personnes âgées, les jeunes et surtouts les filles et les femmes devenues pour la circonstance prostituées, mendiants et enfants de la rue sans assistance aucune.

10. Apres Accord de Pretoria égal avant Accord de Pretoria , car les Kasaiens se trouvent toujours exclus de la commande de l'Etat au sommet de la politique, l'armée, la police, les services de sécurité, la diplomatie, les finances.

11. Sur le plan économique et financier, chose curieuse, la société minière de Bakawanga (MIBA) exploitant le DIAMANT qui sert les intérêts non Kasaiens, s'est vu joindre en 1999, en toute vitesse et en pleine guerre, par le trio KABILA père, KABILA Joseph a l'époque Chef d'Etat-major de l'Armée Nationale, devenu Président a la suite de la mort du premier et le Président Zimbabwéen Robert MUGABE, une autre société d'exploitation diamantifère, la SENGAMINE, société privée elle, dont les dividendes se partageraient entre la famille KABILA père/fils et un groupe des frères de tribus Lubakat MWENZE Kongolo, KATUMBA Mwanke, le feu KIBASA Maliba, G. KAKUDJI, Me MBUYU Jean, le richissement général KALUME, leur serviteur par excellence, un certain Jean Charles OKOTO LOLAKOMBE.et sans oublier la main basse de leur patron-protecteur Président de Zimbabwe R. MUGABE, servi grandement et continuellement pour avoir soutenu la guerre et surtout comme pilier, initiateur et/ou protecteur de Joseph Kabila qui assure la continuité de cette initiative de pillage.

Sans compter le gain important en carats de diamant dépassent les dizaines de milliers de Carats produit par mois par la MIBA, ce groupe de mafia contre le Kasaï et son peuple, produisent aujourd'hui avec la nouvelle société SENGAMINE plus de 500.000 carats de diamants par mois. Seul les Kasaiens et Kasaiennes en sont les premières victimes. Et c'est avec cela qu'ils payent la machination politique de Kinshasa et leur mouvement politique tel le PPRD de Joseph KABILA.

Les intellectuels Kasaiens sont exclus aux postes de commande a la Banque Centrale, dans les entreprises publiques si bien que l'accès au crédits bancaires des hommes d'affaires Kasaiens dans une telle situation leur est totalement impossible sans compter les tracasseries quotidiennes qu'ils subissent avec des multiples services corrompus de recouvrement instaures par les tenants du pouvoir.

Pour toutes ces raisons et bien d'autres de discrimination relevée sur le plan de formation, bourses d'études, etc.., .et évoques lors de ce FORUM , NOUS, ressortissants et cadres du GRAND KASAI, réunis a Londres en date du 06 au 10 Décembre 2004, AVONS décide de commun accord, de nous réunir pour cette réflexion sur notre devenir et sommes ainsi arrives a prendre au nom de notre peuple qui se trouvent ainsi réduit a l'état de NGOMBA WA MABELA (vache a lait impropre a la consommation Kasaienne et propre pour l'unique consommation des exploitants étrangers), ou de NGOMA WA MAJA (le tam-tam qui fait danser mais qui reste inutile et négligeable) de décisions graves qui vont faire évoluer rapidement notre situation sociale, politique et économique :
Nous nous sommes décide de mettre tout en oeuvre pour;

1. La création sans délais de la REPUBLIQUE DU GRAND KASAI (RGK), capable de promouvoir la démocratie, la justice sociale, les droits humains, une armée, une police, de services de sécurité, une économie industrialisee , des politiques sociales et sanitaires favorables a notre peuple et a son développement durable.

2. La création sans délai du FRONT DE LIBERATION DU GRAND KASAI (FLGK), en tant que mouvement militaire donc une armée nationale pour la réalisation de nos objectifs.

3. Mobiliser a travers la direction politique et militaire du FLGK, l'opinion tant nationale qu'internationale, ouvrir des relations de coopération diplomatique avec les pays amis d'Afrique et du monde pour le bien-être des Kasaiens et du KASAI et favoriser un climat des paix et stabilité dans la région sans faillir a la mission de libération du Grand KASAI.

4. À l'instar du QUEBEC au Canada, de l'ERITHREE, de l'IRLANDE DU NORD et du SUD en Grande Bretagne, de CORSE en France, de la SLOVAQUIE.et des autres peuples qui luttent eux aussi pour leur bien-être et leur auto-developpement.

«Nuenu badi ne mabaanji nutumbila kuababende... (Chute katende, Orch. Bayuda)»

Un appel a été lance ainsi par les participants à ce FORUM DE LONDRES, constitues en membres co-fondateurs du FLGK aux Kasaiens de la diaspora et de l'intérieur, de se mobiliser autour de ce projet de société et d'y participer massivement.

KASAI WA BALENGELA, NKONGA LEJA BULELA, TUDI BENA MUNTU

"Kasaien, prends ton pays en mains, ton destin y dépend...au risque de ta disparition"

Fait à Londres, le 10 Décembre 2004
Pour la République du GRAND KASAI


Les grands projets du Grand Kasaï

Par lettre de mission du Président de la République, les projets d'infrastructures sont aujourd'hui confiés aux sociétés de construction, dont l'objectif immédiat est de faire du Grand Kasaï le premier pôle d'attraction de l'investissement en Afrique à travers une économie ouverte et dynamique. Voici la liste des grands projets confiés aux sociétés:

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL
• Construction d'un nouvel aéroport international a Munkamba pour renforce l'actuel aéroport internationaux de Mbuji Mayi et Kananga. offrir tous les services d'un aéroport du 3éme millénium.

AUTOROUTE À PÉAGE
• Construction d'une autoroute à péage entre Mbuji Mayi, Kananga et Lac Munkamba pour décongestionner l'actuel route du Grand Kasaï.

CITÉ DES AFFAIRES DE L'AFRIQUE CENTRALE
• Construction des complexes immobiliers a Munkamba et l'urbanisation accélère du Grand Kasaï.

PORT
• Extension et modernisation du port de Ilebo (port Franqui) pour hisser les infrastructures d'accueil, les coûts et les qualités des services au niveau des standards internationaux.

CHEMIN DE FER À ÉCARTEMENT STANDARD
• Conversion progressive du réseau ferroviaire Kasaien du système actuel vers un système à écartement standard.

HYDROLIQUE
• Construction d'un barrage électrique sur l'actuel chute Katende pour alimenter le Grand Kasaï.
 


 

GRAND KASAI HOME LA VISION DE L’AVENIR DU GRAND KASAI
Great Kasai Chiefdoms Coconut oil DIAMONDS REPUBLIC OF GREAT KASAI
CONSTITUTION DU GRAND KASAI PROGRAMME D'ACTION VIDEOS

Berlin Conference of 1884-1885  

 

KASAI POSTAL STAMPS

FFSA

Federation of the Free States of Africa
Economical and Defence Alliance
Commonwealth of Free States of Africa
International Organization of Emerging African States

Established 2007

MENU - INDEX

Contact

Secretary General
Mangovo Ngoyo
Email: africa.federation@gmail.com

www.africafederation.net

 

 

 

 

Africa Federation , Federación Áfricana , Afrika Federation , 아프리카 연맹 , Afrika Föderation , Afrikka liitto , アフリカ連合 , Afrika Federatie , Африка Федерации , Fédération Afrique , África Federação
Africa Federation , Federación Áfricana , Afrika Federation ,
아프리카 연맹 , Afrika Föderation , Afrikka liitto , アフリカ連合 , Afrika Federatie , Африка Федерации , Fédération Afrique , África Federação