Hippolyte Kanambe Kazemberembe alias "Joseph Kabila"

Concerning the true Identity of
Mr. Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila

Born on the 4th of June 1971

Rowanda native Mother Name: Marcelline MUKAMBUKUJE

Rowanda native Father Name: Christopher KANAMBE

As extensively and independently published information in the African media concerning the true identity of Mr. Hippolyte Kanambe by Jeune Afrique and others concerning the real father of Joseph Kabila who is reported to be a Rwandan called Kanambe and his mother a Rwandan Tutsi called Marcelline, who later became one of Laurent Kabila’s many wives, DRC Foreign Minister, Bizima Karaha (a leader of the Rwandan-backed rebel Congolese Rally for Democracy), described Hippolyte Kanambe alias “Joseph” as Laurent Kabila’s adopted child.

“When I saw Hippolyte Kanambe first in Kisangani in March 1997, he was Commander James Kabarehe’s driver, and was presented as the commander’s nephew”, a former companion of Laurent Kabila told African Business.

Hippolyte Kanambe served in the Rwandan army in 1995. Several witnesses also stress the indisputable fact that Hippolyte Kanambe alias “Joseph Kabila” is fluent in kinyarwanda, the lingua franca of Rwanda.

The young Hippolyte Kanambe Kazemberembe (the one on the Right) alias Joseph Kabila


For Photos of the natural Daughter of Laurent-Désiré Kabila Please see the page here:
Hortense Kabila Kibewa -The Real Daughter of President Lawrence Kabila

 

JOSEPH KABILA’S HIDDEN ORIGINS

1. His origins :
Joseph Kabila, in his real name Hyppolite Kanambe
Kazemberembe, was born on 4th June 1971 of a Rwandan father on the name of Christopher KANAMBE and a Rwandan mother named Marcelline MUKAMBUKUJE. His father was an opossant to the Rwandan former president Juvénal HABYARIMANA. He met Laurent Désiré KABILA, opposant of the Zairean former president MOBUTU, in the resistance movements based in the mountains on the rwando-zairean border, where they fought against their common enemies: MOBUTU and HABYARIMANA.

After the death of his friend Christopher Kanambe in 1977, Laurent Désiré Kabila married (in the traditional customs) his widow Marcelline and adopted (in the same traditional customs) her two young twin children, a girl and a boy: Jenny KANAMBE and Hyppolite KANAMBE.

2. A neglected youth :
LD Kabila, who wed - several women (of which more than 13 -) when he went underground-and of which he got a number of children (more than 25), had only a limited - time to take care of the latter. So as he had not been able to push his studies beyond the
secondary level, the young Hyppolite Kanambe was forced to do several jobs for his living- amongst which as a taximan, and as a barman and of mechanic in the cities of Dar-are-Salaam and of Kigoma in Tanzania.

-Indeed, his"foster father" (hear ‘step father’), LD Kabila, lived with all his family in exile in Tanzania during Hyppolite's childhood and adolescence. Kabila spent more of his time in exile in the traffic of the gold and diamond rather than fighting MOBUTU's regime; which often led him to cross the forests and the mountains of Tanzania, Burundi, Rwanda and Uganda, to exercise his fraudulent business.

3. Back to the native land
In 1995, Hyppolite Kanambe decided to get back to his motherland the Rwanda, where he was welcomed by his uncle James KABAREBE, Colonel and Head of the intelligence services of the Rwandan Patriotic Army (APR), who accommodates him in his own home.

At first, Kabarebe finds for his his nephew a job as "driver boy", in other words drive assistant of a delivery truck transporting goods in Kigali, before employing him as his private chauffeur.

In 1996, when the Americans launch their military ---base to prepare the invasion of Zaire, Paul Kagame appoints Colonel James Kabarebe as Head of the military operations and responsible of the "Zaire File". He supervises the recruitment and the training of the new recruits of the military base. This is when he takes the opportunity to register his nephew Hyppolite Kanambe to the training program, in order to incorporate him, at a later stage, to the invasion operation of Zaire that is being primed.

II. PROGRESSION TOWARDS POWER

1. Paul Kagame's machiavellian plan: destabilize the DRC with the purpose of occupation and annexation

Joseph Kabila's entry to the supreme magistracy in Democratic Republic of Congo constitutes the crowning of a machiavellian plan skilfully conceived by the "brain", Paul Kagame, and accurately executed by his accomplice Hyppolite Kanambe turned into Joseph Kabila, under the directives and by means of his uncle and mentor James Kabarebe.

The final goal, in the long term, is to take control of the running of the Congolese State structures from the top, in order to progessively realize the plan of occupation and annexation of targeted territories programmed in the east Kivu provinces of the Democratic Republic of Congo.

By controlling the political and military power in Kinshasa by means of a very top staff -accomplice, Paul Kagame believes to have enough operational margin to maintain the crisis in the region of Great Lakes and facilitate the realization of the plot.

Paul Kagame is very aware of the fact that a strong and stable Congo, with a powerful and dissuasive army would constitute a severe obstacle, even a danger, to the machiavellian projects he has been nourishing for several years against the DRC. And having launched the operation of destabilization of the DRC by provoking both wars, he knows that the resolution of the

Congolese crisis would sound the knell of his power in Rwanda and would inevitably bring to light his direct involvement in the war crimes and the crimes against humanity committed against the Congolese populations and against the Rwandan Hutus refugees decimated in DRC by the Rwandan troops of the APR, allies of AFDL.

2. The strategy of "Trojan Horse"

To reach his goals, Kagamé had conceived a plan of which the cleverness laid in using the strategy of the "Trojan Horse". It consisted in getting in Rwandan, disguised under the Congolese identity, into the expeditionary force of the members of the coalition and the allies of the AFDL of LD Kabila, in order to control the political and military institutions of the DRC. It is in this context that an important number of Rwandan political and military executives pointedly showed their false Congolese identity. Among them we shall remember the most comical case of … James Kabarebe whom Kagame imposed to Laurent Désiré Kabila as Army Chief of Staff of the Congolese Army in 1997 and 1998. A lot of people forgot or did not notice that it is in the same lot that Joseph Kabila was imposed to Laurent Désiré to the heart of the system of his power in order to be able to control him better at first, then to weaken him, and finally to finish him.

Today nobody is capable of understanding the subtlety of the functioning of the mechanism of complicity between the Kagame, Kabarebe and Joseph Kabila, since no one understood the strategy put in place by both first ones to enable the elimination of all civilian and military persons who constituted either an obstacle, or a threat to Joseph Kabila's ascent to the top of the power in DRC.

This is why, it is essential to know the hidden details of the ascent of this sphinx of which the apparent composure and gentleness oppose terribly to the ferocity which he manifests at exterminating his real or presumed adversaries.

3. The successive stages of the ascent of the sphinx

Everything starts in 1996, a few weeks after the AFDL coalition 's launch of the war against the Zaire of Mobutu, when Laurent Désiré Kabila is recruited by the Ugandan president Yoweri Museveni and presented to Paul Kagame (with the blessing of the United States) to head the "Zairean rebellion".

During the introduction of LD Kabila to Paul Kagame, the latter is rather disappointed by the aspect of his host who had, according to him, no look of a fighter, still less of a military man to lead this important military expedition in Zaire. In front of Paul Kagame reserves and anxieties, James Kabarebe reassures him by suggesting an accelarated training to the Rwandan special services for his nephew Hyppolite who, (how convenient), is close to the new boss of the "rebellion" who is no one else but his foster father …

So Hyppolite Kanambe appears as the providential man who is henceforth going to serve as "safety valve" and as "guard rail" beside Laurent Désiré Kabila. He will be at the same time guardian of the interests of Rwanda, in other words, the eyes and the ears of James Kabarebe, which was in fact Laurent Désiré Kabila's "direct boss".

To allow Hyppolite to fill his mission near Laurent Désiré Kabila more effectively, Colonel Kabarebe will him to a quick intensive training for intelligence officer (O.R.) in the Rwandan Army intelligence services training centre.

From this moment onwards, the process of his infiltration at the core of the AFDL plan and around LD Kabila will accelarate.
Indeed, after a brief in-service training in quality of his uncle James Kabarebe's aide-de-camp (in order to get him acquainted to the "Zaire file", get to know his new country and integrate the instructions and objectives of his mission with LD Kabila), Hyppolite Kanambe made his first official appearance beside LD Kabila who introduced him as his collaborater (not as adopted son or even step son), after the fall of the city of Kisangani in March 1997.

At this stage of his mission, his task consisted in centralizing and in filtering all the audiences of LD Kabila and in reporting daily to his direct superviser Kabarebe, to the high attention of the "Boss", hear Paul Kagame. In this line of action, James Kabarebe had personally enjoined LD Kabila and the Rwandan security officers around him, to include Hyppolite Kanambe to all audiences without exception - so that he could take notes down! No audience was to be given if Hyppolite was not invited.

It is also from the Kisangani stepping stone that Joseph Kabila starts to assume military responsibilities as leader of the military intelligence services of M'Zee (LD Kabila's nickname). This position gave him the way to lead the massacre of hundreds of thousands Hutus refugees in this region - on James Kabarebe's order.

After the fall of the city of Lubumbashi in April 1997, the coalition engage the final march towards the capital Kinshasa. Paul Kagame and James Kabarebe order LD Kabila to present Joseph as his son, urged by the events he cannot negociate, he obeys. Those who, so far, had known "Major Hyppo" will hear, for the very first time, LD Kabila name him "Joseph Kabila" and refer to him as "his son" during an interview. A major stage of the process had so just been achieved!

This was the condition Kagame imposed to Laurent Désiré Kabila, to be authorized to self-proclaim President of the Republic of Zaire! Kagame's offer was quite worth its weight of gold, for the simple reason that in fact, the Americans had opposed to the nomination of Laurent Désiré Kabila at the head of Zaire. Against this new ally of conjoncture, the C.I.A. had a heavy file of serious litigations! Kagame knew that Laurent Désiré Kabila was well aware of this American disposition towards him. No wonder then, that a few months later, M' Zee broke the juicy contracts he had previously agreed on with the American Kansas companies! This decision would cost him his own life.

In April 1998, James Kabarebe, now promoted General Chief of Staff of the Congolese Armed forces, suggests to LD Kabila to send his "son" to a military training in China, for a couple of months. But while Joseph Kabila is in China, the political climate between Rwanda and Laurent Désiré Kabila deteriorates quickly. As good strategist, Kabarebe quickly decides to call his joker back, in case … So, at his hasty return from China and on James Kabarebe's proposition, "Kabila junior" is boosted to the rank of Major General and is given the function of commander-in-chief of the ground strengths of the FAC! This is how he became right-hand man of … James Kabarebe at the head of the FAC!

4. Pretence demarcation from Kagame and Kabarebe

Shortly after the official inauguration of LD Kabila in Kinshasa, the inhabitants of the capital are horrified when they discover the trick : the so-called "war of liberation" was actually hidding a dreadful Rwandan invasion. The Rwandan military of the coalition who behaved as on conquered territory in the Congolese capital struck the Congolese’s pride and started getting on their nerves. The discontent rumbling rose and popular pressure was put on Laurent Désiré Kabila, himself exasperated by the arrogance of the Rwandan learned assembly which had invaded all the sectors of the political and the military power of the country.

As a result, the reliable relations between LD Kabila and his Rwandan mentors went bad. M' Zee, forced by his people who demanded the departure of the "Rwandan invaders" began to show the first signs of nervousness.
This situation does not escape James Kabarebe, the fine strategist, who promptly alerts at once his boss Kagame. Both decide to immediately proceed with the higher phase of their plan: James Kabarebe thus immediately passes the plan instructions on to Joseph Kabila and notifies him that the latter has now become the major pawn of the Rwandan plan in DRC. Joseph Kabile is warned of the imminent and strategic withdrawal, from DRC, of the Rwandan troops and political executives expedition. As for him, he has to distance himself strategically (seemingly) from Rwanda and from his interests in order to gain more trust from Laurent Désiré Kabila and get even closer to him, fully playing the sensitive game of the adopted "son". To do so, he has to pretend to take sides with his "father” Laurent Désiré Kabila", against the Rwandan!

From this stage, Joseph Kabila starts to systematically link with the Katangan colonel Eddy Kapend (very close to LD Kabila), then with General Anselme Masasu, natural leader of the Congolese military native of Kivu. The connection with the latter will result in a bigger trust from his "father" who will confide him the intermediary's role between him and the Congolese military native of Kivu, whose trust he has just gained thanks to Masasu’s friendship.

So when the quarrel between Laurent Désiré Kabila and his Rwandan and Ugandan ex-allies arose in June, July and August, 1998, Joseph Kabila will line up with his "father", according to the strategy established beforehand and according to the instructions from Kigali. This gesture will deeply touch Laurent Désiré Kabila who will appreciated it to its value…!

Here is how the Rwandan trap closed on Laurent Désiré Kabila without him being really aware of it. He will so be manipulated by his own enemies who will use him, himself -as we are going to see-, to open them the royal way to its murder and to the taking of the power in DRC.

5. Systematic elimination of several Congolese military officers who hampered the ascent towards the power
In August, 1998, after the Rwandan invasion of Kinshasa failed and after the resulting Congolese revolt against rwandans, to accelerate the execution of the final phase, Joseph Kabila received the order from Kigali to get rid of any impeding or harmful element from his circle or in his way.

To facilitate this delicate mission, James Kabarebe makes the Rwandan military intelligence services infrastructure available to Joseph Kabile to supply him with false evidence which he will use to incriminate the Congolese military officers targeted for elimination. At the same time, his own privileged position with LD Kabila, henceforth convinced of the sincere attachment of his "son", gives him a very powerful supplementary weapon against his victims!

Strong with these assets, Joseph Kabila starts a sbloody journey, worthy of these of a "serial killer". For each of his crime, he knows he can count on the expertise of his Rwandan mentors who take care to supply him with the "genuine evidence", which he presents to his "father", claiming to have pulled it out of the Rwandan services thanks to his own intelligence networks.
The display of "evidence" provided by the Rwandan dens provoked almost immediately LD Kabila to pronounce the death sentence towards the poor "traitor" officers. General Anselme MASASU became the first known victim of this machiavellian masquerade!

a) Assassination of General Anselme MASASU

In his strategic position of "Chief of Staff of the ground Forces" and in his intermediary's role between LD Kabila and the Congolese military officers native of the East, Joseph Kabila had received, from his "father", the responsability of transporting the logistic assistance to the ‘East Front’ the latter had organised to block, with the Maï-Maï fighters, the aggression of his former allies Rwandans, his worst aggressors after August, 1998.

Unfortunately, big quantities of this logistic help were regularly hijacked by Joseph Kabila for the benefit of the Rwandan troops. Kadogos committed to the service of Joseph Kabila eventually discovered his betrayal and decided to alert their natural leader Masasu. Hurt by this revelation on the trickery of the one that he believed to be his "brother and friend", Masasu decided to confront him. This proved to be wrong, because with this initiative he signed his death sentence, although Joseph Kabila friendly reassured him and rejected altogether all the charges and all the suspicions against him.

After their interview, afraid to be denounced to the president Laurent Désiré Kabila by Masasu, Joseph Kabila actioned his killing process at once so that he could preem Masasu. On his urgent request, a fake genuine official document was provided by Kabarebe, with the heading of the Rwandan intelligence services, in which Masasu was appearing as collaborating with the Rwandan authorities and preparing the imminent physical elimination of the Congolese president!

In front of these "irrefutable evidence" of high treason, Joseph Kabila easily received the green light from his "father" for the execution of general Anselme Masasu, without lawsuit. So was this army officer delivered to his “best friend” Joseph by M' Zee, with eight other valuable Congolese officers involved as accomplices in the document. Nine companions in misfortune were all savagely massacred to Kantonia near Puéto, under Joseph Kabila’s unflinching eyes.

After Masasu’s death, Joseph Kabila started a real purge within the army to eliminate Masasu’s "molest" as well as any other embarassing witness which could reveal or disclose his secret. This situation provoked a massive exodus of young soldiers and officers, of whom most were "Kadogos" native of Kivu. Fortunately, some managed to join Europe and were able to give their testimonies, whereas several others were caught up in their attempt to escape and were executed without any lawsuit.

In his killing frenzy, Joseph Kabila, to reach his final goal, sacrificed several other bright Congolese officers.

To illustrate his dark journey, some of the most well known cases are pinned up below:

b) Commander Martin TSHIMANGA MBIE case

He assumed the function of General Secretary of the Logistics and military Supply of the FAC when he was struck by a violent death in the night of 23 till 24 November 1999 in Kinshasa.
Appointed to this post by general François OLENGA in November 1998, Major Tshimanga Mbie’s mission constisted in

forwarding the military equipment intended for the governmental troops on the various fronts inside the country.
But curiously, general Olenga and Joseph Kabila made last minute changes to the official destination and ordered him to deliver this military equipment to the enemy troops.

For example, this case which occurred in August 1999 when Major Tshimanga received the order to go on a mission to Mbuji Mayi to provide the troops of the Congolese Armed Forces in the battlefront. At the last minute, he received general Olenga’s order to deliver these equipment and medicines to LUBAU in CABINDA, where the Rwandan troops were based!

As he could no longer bear his superiors’s betrayal, the Major Tshimanga Mbie took to denounce them to the Head of State Laurent Désiré Kabila where he sought an audience. Warned by their men placed around the president of the Republic, Joseph Kabila and François Olenga preemed him. A death squad caught him up and coldly executed him in his bedroom, before he could inform Laurent Désiré Kabila.
This case is the best known because the victim’s family engaged with all the judicial authorities of the DRC and a complaint was registered with them. Several requests were sent to the political and judicial authorities worldwide among which the King of the Belgians whose cabinet acknowledged receipt without further action!

c) Execution of three ex-FAZ Generals

As for Major Tshimanga, three very valuable general officers ex-FAZ have known the same fate. These officers, in spite of serving in the Zairean Armed Forces under Mobutu, were very appreciated by Laurent Désiré Kabila for their competence. All three They commanded military operations to the battlefront. Having noticed, after inquiry, that the dispatched war equipment was systematically hijacked by Joseph Kabila, they were about to notify president Laurent Désiré Kabila of the high treason he was victim of from his "son" when they were snatched by the Joseph Kabila's unforgivable machine. A fake genuine document from the Rwandan services made them dangerous "traitors" collaborating with Rwanda to eliminate president LD Kabila! But in reality these three officers were as much a threat as an obstacle to Joseph Kabila’s mission process.

So, having received the authorization from his "father", Joseph Kabila proceeded to the execution of these three highly valuable general officers in ANKORO in 1999. These were:

- Major General MULIMBI MABILO
- Brigadier General BEKAZWA BAKUNDULU, mecano N.004142X
- Brigadier General NGWALA

But the cynical aspect of this situation is that each of these betrayal operations constituted positive points for Joseph: the more he denounced "traitors" and important "moles", the more he gained his "father’s" trust who believed this was about dedication and righteousness worthy of a "son".

Brutus has finally seen his record beaten in Congo!

d) A long series of murdered officers

We would need to write several books if we wanted to describe all the testimonies of the eyewitnesses which attended or participated in the numerous murders of hundreds of thousands Congolese soldiers in the battlefront and in Kinshasa on Joseph Kabila’s orders, either as department head of military intelligence of M' Zee, or as chief of staff of the ground Forces of the FAC.

But we can quote some cases of very known officers which were murdered in Kinshasa after the failed invasion of 1998-1999:

• Colonel TSHEKE MUAKA MANKETE, mecano N.162262E, former commander (major) of the Military Superior Centre (CSM) of the 2nd Republic,
• Colonel NTONDELE MITHAY, mecano N. 170472R
• Colonel KAJUBA SELENGE MADUWA, mecano N. 161982N
• Colonel VONDI NZITA
• Colonel NDOMA MUTEKE

To this list it is necessary to add other officers, killed in 2006, of which most were poisoned, namely colonels: NZALE PAPEDOA, NYASWA, KATALIKO, MAZABA, MBELENGA and OPANGO-DEKE.
We also need to remind the murders, in September 2006, of Major GBONOBE, former Director of the Computing service in the Military Integration Structure (SMI), and of Captain SUMAILI, the former presidential pilot, both meanly murdered in their own residence.

To the targeted eliminations of Congolese superior officers who constituted obstacles to Joseph Kabila's ascent, it is important to add the massacre of FAC troops : in the night of 23 till 24 November 2000, when Joseph Kabila, then chief of staff of the ground Forces of the FAC, brought the Congolese troops in an ambush to facilitate the fall of the city of PUETO in the hands of the Rwandan troops. The fall of this strategic city had to open the royal way to Kagame towards Lubumbashi.

Numerous testimonies of the still alive witnesses confirm that the brigadier Joseph Kabila, chief of staff of the ground Forces, ordered his majors to finish all the Congolese soldiers wounded on battlefields so that the retreat of the troops towards Lubumbashi would not be delayed! Now there were more than 350 soldiers and Congolese officers wounded on the battlefield!!! The Congolese officers shocked and revolted of of their general criminal behavior, tried to shoot him down. Joseph Kabila owed his safety to the fastness of his escape aboard a helicopter which brought him back to Lubumbashi from where he got back to Kinshasa.

Even today, officers and Congolese soldiers are ready to testify against Joseph Kabila for his war crimes!

VI. ASSASSINATION OF LAURENT-DESIRE KABILA:

These dark zones one do not want to enlight Laurent Désiré Kabila’s death has already poured a lot of ink without the mystery which surrounds him was unveiled. Far from us the idea to supply here the hidden causes and the definitive identity of the real authors of this tragedy which henceforth makes the Congolese politics a saga. However, while discovering some circumstances which preceded and followed the tragedy of Laurent Désiré Kabila’s murder in the direct line of Joseph Kabila's ascent towards the summit of the power, we can only be upset with the concordance, the coherence and the convergence of these facts which place Laurent Désiré Kabila’s "son" in the very center of the scene.

Thus let us examine the main elements that were set before the tragedy strictly speaking:

ACT I : Kinshasa, October 2000 : Mrs SIFA Mahanya’s arrest

Mrs SIFA MAHANYA, presented wrongly as being Joseph Kabila biological mother (we shall come back to it), is really Congolese and it is one of the numerous declared or known "wives" of LD Kabila with whom she had 6 children named: Joséphine, Cécile, Masengo, Gloria, Kiki and Maguy.

Mrs Sifa lived with her husband in the Marble Palace, the official residence of the Head of State when at the end of October of the year 2000, Laurent Désiré Kabila has a severe discomfort after a meal. The medical examinations immediately practised diagnose a poisoning. The investigations led by the presidential security staff raise a bundle of serious indications of assumption converging on Mrs SIFA, who is accused of attempt murder on her husband and is immediately arrested on order of LD Kabila and imprisoned in the prison center of Makala in pavilion N. 10.

ACT II : Kinshasa, 11 January 2001 : the exfiltration of Mrs Sifa from the prison center

Behind his "father"’s back, Joseph Kabila organises the prisoner to be removed from her cell, with the complicity of the director of the prison, Mr Kelly DIDO KITUNGUA. Mrs Sifa Mahanya is immediately secretely transferred to Lubumbashi where she is accommodated in a discrete place.

ACT III : Lubumbashi, 12 January 2001: LD Kabila is advised to to cancel his trip to Cameroun

The day after the removal of Mrs Sifa Mahanya, Joseph Kabila contacts his "father" who was preparing to fly to Cameroon to take part at the Summit of the French-speaking world. Joseph advises Laurent Désiré Kabila not to go to Cameroon on the basis of reliable intelligence in his possession information, about a plot against the president of DRC. Laurent Désiré Kabila who deeply trusts his "son" cancels his trip to Cameroon. From Lubumbashi, where he was, the Head of State get back directly to Kinshasa.

ACT IV : Kinshasa, 15 January 2001 : Joseph Kabila orders the disarmament of the garrison of Kinshasa, then he leaves hastily to Lubumbashi.

The day before the tragedy, on order of Joseph Kabila, all military of the FAC garrison of Kinshasa are disarmed without any explanation. Much more, colonel Eddy Kapend receives Joseph Kabila's strict orders to proceed to the arrest of the Head of the External

Management Intelligence (ANR / OF), Mr Ismaël Tutwemoto. It is Mr Leta Mangasa, the ANR Chief General Administrator general-in chief who executes this arrest.
After having taken all these apparently "inexplicable" measures, Joseph Kabila quicly and discreetly flies to Lubumbashi from where he makes a mysterious trip outside the country.

ACT V : Kinshasa, 16 January 2001 : Laurent Désiré Kabila is killed

In the middle-day, shots blast between the Marble Palace walls, the presidential residence. Laurent Désiré Kabila, seriously wounded to his head, dies a short time later, even before being loaded on the helicopter which transports him to the Private hospital Ngaliema.
It is at nightfall that Joseph Kabila gives the order to open N’Djili airport closed since the announcement of the attempted coup, specially for him, to allow the landing of his plane from Lubumbashi! This behaviour of Joseph Kabila seems at the least strange!

How come a son, who scrupulously watched his "father" security until the day before, and who advise the cancellation of his trip to Cameroon because an imminent deadly danger, how come after the announcement of the attack on his "father", this "son" remained cloistered in Lubumbashi, at only 2 hours flight from Kinshasa, and joins the capital only at the end of the day, several hours after his "father"s death? Where had he spent the day? What did he match do all this time? Where did he really come from? Was Lubumbashi not a diversion?

So many questions over the underlying causes of Laurent Désiré Kabila’s death should have been investigated. However, for our
country, we have been working for years now. And today, numerous recorded testimonies are examined and scrutinised.
The formal testimonies of the Congolese medical staff who had received Laurent Désiré Kabila body at the helicopter landing strongly confirm that the Congolese president had died well before his arrival to the private hospital.
However, Joseph Kabila, who had taken control of the operations around " his father ", ordered the transfer of Laurent Désiré Kabila’s body to Harare in Zimbabwe! He then multiplied deceitful communiqués addressed to the Congolese people to persuade them that his president was well. Dominique Sakombi knows about it!

Why thus this masquerade and this macabre mouvements around the mortal remains of a president of the Republic? Another mystery! But the detailed file of the Laurent Désiré Kabila murder will be the subject of another statement.

ACT VI : Kinshasa : During the funerals, Sifa Mahanya is presented to the public as the "weeping widow", and then as Joseph Kabila’s "biological mother"!

During Laurent Désiré Kabila’s funerals starting in Harare and ending 23 January 2001 with the burial in Kinshasa, Mrs Sifa Mahanya, the prisoner removed from her cell 5 days before M'Zee assassination and

hidden in Lubumbashi so far, gets out of her hiding place and is propelled on the national front scene. She is suddenly presented to the national and international press as " the weeping widow " of the deceased president and the biological "mother" of Joseph Kabila who has just taken his "father"’s seat in the conditions which we know. And here we are, the buckle is buckled!
However, in his lifetime, throughout the war and during his mandate to the head of the country, Laurent Désiré Kabila never officially introduced the " first lady " to the Congolese people, in other words: his official wife among his dozen of wives! And, the one that was presented as "the weeping widow" had been removed from prison where she was held for attempted murder on her husband by poisoning. And the author of this removal is the very one who has taken the seat of the victim, and of which Mrs Sifa gives for the very first time, the honorable testimony of being "the biological mother". Do you get the picture?

The final stage setting for this strategy contains vulgar mistakes which call to all Congolese in the tragedy the Democratic Republic of Congo is going through.


Requête à la communauté internationale sur l’identité de Joseph Kabila

Par Me Marie-Thérèse Nlandu

« En notre qualité de femme politique, et candidate présidente de la RD Congo et à ce titre, porte-parole du peuple congolais, avons l’honneur de vous adresser la présente requête :

Attendu que celui qui s’occupe de politique internationale ne saurait négliger les questions éthiques ;

Que la question de la crise congolaise doit revêtir nécessairement une dimension d’ordre éthique ;

Que le peuple congolais tient définitivement à tourner la page des assassinats, des détournements de deniers publics, de l’inexpérience, de l’incompétence, de la mauvaise gestion, du pouvoir par procuration, de la corruption et d’autres anti-valeurs ayant atteint leur paroxysme au cours de la présente transition;

Etant donné, par ailleurs, la persistance des zones d’ombre sur la personne de Monsieur Kabila au moment où il accède à la magistrature suprême en RD Congo ;

Etant donné qu’aux yeux du peuple congolais, Joseph Kabila, de plus en plus appelé Hyppolite ou Christopher Kanambe, de nationalité rwandaise, tire sa force de soutien de certaines puissances financières de la communauté internationale ;

Etant entendu que son entourage immédiat a été accusé de corruption et d’indélicatesse dans la constitution d’une immense fortune personnelle sur le dos du peuple congolais ;

En regard de cette situation et pour raison d’Etat afin d’éviter le suicide collectif du peuple ;

Demandons avec insistance au Secrétaire général de l’ONU, de l’UA, aux gouvernements américain, allemand, belge, français, suisse, angolais, sud-africain, britannique et tanzanien d’obtenir de Kabila avant son investiture une déclaration sous serment pour ce qui suit :

1. Qu’il n’a jamais posé aucun acte d’indélicatesse ou de corruption dans la construction de sa fortune personnelle ;

2. Qu’il n’a jamais commis d’actes illicites ou indirects avec le groupe Forrest et qu’il n’a pas placé des fonds personnels en Tanzanie et à Dubaï, qu’il n’alimente pas ses comptes personnels par la vente des Diamants aux diamantaires d’Anvers ;

3. Qu’il déclare sous serment l’Etat de sa fortune ;

4. Qu’il n’est nullement impliqué dans des actes de corruption au Congo et qu’il est exempté de tous soupçons dans les transactions dites fatales, entre autres :

Emphytéose Moanda, les contrats miniers, la vente du sol et sous-sol congolais, la gestion des entreprises publiques dont la disparition de 32 millions de dollars US payés par le Congo-Brazza à la Société Nationale d’Electricité (SNEL), les fonds destinés aux hôpitaux du Congo dans le budget 2005, les 12 millions de dollars US donnés au Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) pour manipuler les élections, toutes les ventes suspectes de terre pendant la Transition du reste considérée comme période suspecte ;

5. Qu’il n’a jamais été impliqué dans des abus de droit de l’homme, divers assassinats et crimes contre l’humanité : 200 à 500.000 Hutus pendant l’avancée de l’Afdl de 1996 à 1997 dans l’axe Goma-Kisangani (Voir lettre ouverte du 17 octobre 2001 de Robert Garreton, rapporteur spécial de l’Onu), qu’il n’est ni de près ni de loin concerné par la mort de 5.000.000 de congolais depuis 1996 à ce jour, qu’il n’est pas lié en tant que Commandant suprême des Fardcs aux exécutions sommaires du colonel Tsheke Muadi,commandant Mamba Tshiaba, Officier S3 Ilenda Désiré, du Commandant de compagnie Etende ;

6. Qu’il infirme ou confirme sa filiation vis-à-vis de sa mère biologique Marceline Katerebe Munkangabuje et de son père Christopher Kanambe, qu’il publie et signe sous serment son curriculum vitae détaillé avec précision des années, des noms des écoles et lieux, les types d’études, des titres académiques acquis, des références de ses professeurs et témoignages de ses collègues de classe ;

Considérant que sous d’autres cieux, ces accusations donneraient lieu à un impeachment ;

De ce qui précède...

Les fonctions de Chef d’Etat qu’exerce Joseph Kabila et les engagements qu’il prend en notre nom exigent de lui une visibilité et une transparence complètes surtout, en ce moment crucial du destin d’un peuple qui sort de 40 années de soumission ;

Sous toutes réserves de droit, sous bénéfice d’urgence et tout en remerciant la communauté internationale du soutien vrai au peuple congolais sans défense, une suite à la présente requête m’obligerait.

Marie-Thérèse Nlandu M.N »

Kinshasa 29 juin 2006


Concerning the Fraud & Parody and the Illegitimacy of the Elections in the former DRC in 2006

Cardinal Frédérick Etsou-Nzabi-Bamungwabi, Archbishop of Kinshasa

"I ask the international community to abstain from all attempts to impose on the people of Congo he whom they have not chosen as their president," Etsou told Radio France International. His comments came as the votes were being counted in November and partial results already gave to Mr. Hippolyte Kanombe alias Joseph Kabila, who was then serving as interim president, the lead.

Cardinal Etsou also accused the Electoral Commission of publishing false results.

Marie-Thérèse Nlandu Mpolo-Nene, a lawyer at the DRC’s Supreme Court of Justice and leader of the Parti pour la Paix au Congo (Congo-Pax) political party, was arrested in Kinshasa, on 21 November by agents of the services spéciaux de la police, (Special Services police). Marie-Thérèse Nlandu was engaged as a lawyer representing Jean-Pierre Bemba’s appeal before the Supreme Court of Justice against the results of the second round of presidential elections.

After the second round of the presidential elections, Cardinal Etsou took his responsibility as a religious leader to speak the truth and accused the president of the CEI (Independent Electoral Commission) of being part in the complot and involved in rigging and ballot result fraud.

In an interview made to the Radio of France International on the 13th of November 2006, who takes from now on the relief of a political legacy, the cardinal stated: "I, personally, as a priest, I do not accept this lie. The truth is needed. The Abbot Malu Malu must conform to the verdict of the ballot boxes. It cannot be allowed that one falsifies the verdict of the ballot boxes. I say No to all attempts to impose to the people has candidate in front of just to satisfy the appetites of the gluttons and predatory of its Foreign partners."

"We priests of the People of God, have a difficult and delicate mission: that to be servants of the truth and not lie. And it is with courage. (…).

Our standpoint in any moment must be in favour of the people of God.
Let us open our eyes in our dioceses to see the misery of our people.

Let us open our hearts in front of more than 4 million Citizens killed by the war
useless of occupation, war which generated and continuous to generate the hunger and them diseases and the division of the families, while it was used for all them belligerents to grow rich you sell the country to the foreigners."

"Like every one else, we have the concise information of the real electoral results of the 30th of October 2006. These results differ significantly by far to those of the political masquerade which we have witnessed on 15 November. By the declaration of the CEI and the Verdict of the Supreme Court of Justice on the 27 November 2006. and .in spite of the easy ways of some, we will continue to talk in the name of the 8 million inhabitants which constitute the Archdiocese of Kinshasa!"

Election Results has of the 07th of November 2006

Province
Jean-Pierre Bemba
Hippolyte Kanombe alias “Joseph Kabila”
Bandundu
430,437 voix
68,69 %
196,179 voix
31,31 %
Bas-Congo
363,028 voix
76,14 %
113,731 voix
23,86 %
Equateur
1 208 309 voix
97,11 %
35,937 voix
2,89 %
Kasai-Occ
644,244 voix
90,47 %
67,867 voix
9,53 %
Kasai Or.
286,819 voix
73,45 %
103,687 voix
26,55 %
Katanga
104,417 voix
15,60 %
564,780 voix
84,40 %
Kinshasa
1 063 390 voix
67,96 %
501,228 voix
32,04 %
Maniema
14,051 voix
6,87 %
190,436 voix
93,13 %
Nord Kivu
7,836 voix
3,57 %
211,526 voix
96,43 %
Prov. Or.
230,945 voix
32,61 %
477,165 voix
67,39 %
Sud Kivu
10,154 voix
3,16 %
311,170 voix
96,84 %
Total
4,363,630 voix
61,14 %
2,773,706 voix
38,86 %

Official Source: Apareco

Jean Pierre Bemba: 61,14 % / Hippolyte Kanombe alias "Joseph Kabila": 38,86%

Total exp: 7,137,336 voix (07-NOV-2006)
 

Province
Jean-Pierre Bemba
Hippolyte Kanombe alias “Joseph Kabila”
Bandundu
88,856 voix
51,901 voix
Bas-Congo
233,859 voix
50,560 voix
Equateur
237,546 voix
18,067 voix
Kasai-Occ
150,346 voix
8,266 voix
Kasai Or.
63,902 voix
3,981 voix
Katanga
13,833 voix
504,190 voix
Kinshasa
????
????
Maniema
1,380 voix
57,330 voix
Nord Kivu
22,640 voix
691,735 voix
Prov. Or.
38,203 voix
416,420 voix
Sud Kivu
1,812 voix
267,491 voix
Total
789,465 voix
33%
1,599,627 voix
67%

Official Source: CEI Malu Malu

Jean Pierre Bemba: 33% / Hippolyte Kanombe alias "Joseph Kabila": 67%

Total exp: 2,389,082 voix (07 NOV 2006)

 

Concerning the assassination by poisoning of the Cardinal Frédérick Etsou-Nzabi-Bamungwabi Archbishop of Kinshasa

Following his interview to the Radio France International on the 13th of November 2006 the poisoning of Cardinal Frédérick Etsou-Nzabi-Bamungwabi, Archbishop of Kinshasa in Belgium where he died soon after on the 6th of January 2007

"We cannot exclude anything!" This declaration was made under anonymity by someone next to the Cardinal citing the words of a medical member of staff treating the patient. After a week, informs this source, "the vital organs of the patient Etsou - to enumerate the kidneys, the lungs and the liver - have deteriorated in a record time, living in amazement the medical staff".

In accordance with eye witnesses, the face of the Cardinal was subjected to an "eruption coetaneous" of unknown origin. The medical personnel have affirmed that the more seriously of the world than the face of Frédéric Etsou resembling more and more to that of the Ukrainian President Viktor Iouchtchenko, victim of a dioxin poison. This information’s have not been denied by the visitors which have gained access to the patient. The Archbishop of Kinshasa, presented, according to them, the signs of someone who has ingested harmful substances.

Certain sources assure that blood examinations have revealed "traces of dioxin". Other sources talk of "traces of cyanide". Cardinal Frédéric Etsou-Nzabi-Bamungwabi died on the 6th of January 2007 in Belgium from poisonous substances.


Cardinal Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi l’Archevêque de Kinshasa

L’Eglise Catholique Américaine dénonce l’assassinat du Cardinal Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi l’Archevêque de Kinshasa

Dans son homélie de ce dimanche 07 Janvier 2007 à 08 heures, le Cardinal Théodore Edgar Mc Carrick l’Archevêque de Washington a annoncé le décès de son grand ami le Cardinal Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi l’Archevêque de Kinshasa à l’âge de 77 ans. Le décès est survenu hier samedi le 06 janvier 2007 à 20h 50’ à l’Hôpital Universitaire (UZ) Gasthuis à Louvain.

Lu pour vous!

Mise en ligne dimanche le 07 Janvier 2007

Selon les proches du Cardinal Théodore Edgar Mc Carrick, le Cardinal Frédéric Etsou souffrait d’un diabète instable mais son état de santé n’inspirait aucune inquiétude jusqu’à sa fameuse déclaration fracassante sur Radio France Internationale, dénonçant les irrégularités constatées par les témoins de l’église Catholique présents dans tous les bureaux de vote et, l’inexactitude des résultats officiels, du deuxième tour de l’élection présidentielle, publiés par la Commission Electorale Indépendante (CEI) au profit de Joseph Kabila. Le Cardinal Frédéric Etsou n’a pas hésité à mettre en doute publiquement la probité morale de l’Abbé Apollinaire Muholongu Malumalu Président de la CEI et son rôle très actif dans le hold-up électoral en RDCongo. Ce Cardinal a eu le courage politique d’appeler les Congolais à ne pas laisser leur pays sous la coupe des étrangers...

Les déclarations politique du Cardinal Etsou ont suscité une violente réaction du milieu politico - affairistes francs-maçons de Belgique, dont l’un des grands Maîtres est bien connu pour son implication personnelle dans le dossier congolais. Mettre en doute la victoire du protégé du monde des Affaires Franc-Maçon actif en RDCongo, est inacceptable pour certains. Delà à imaginer un complot international exécuté par les hommes de Joseph Kabila, dont l’expérience en chimie des substances toxiques n’est plus à démontrée, il y a qu’un pas que beaucoup de Congolais n’hésitent plus à franchir.

Les Congolais sont très inquiets du nombre très élevé de civils et officiers de l’armée congolaise décédés par empoisonnement depuis l’entrée de l’armée rebelle de l’AFDL commandée par Joseph Kabila avec le soutien de l’armée rwandaise en 1996, co-auteur du génocide oublié de plus de 200.000 réfugiés Hutus rwandais, perpétré à l’Est de la RDCongo. Les Rapports d’enquêtes sur ces massacres de masse sont toujours disponibles à l’ONU et à la Commission européenne (Rapports Roberto Gareton, Emma Bonino, Aldo Ajello et Christopher Harland) ...

Le décès du Cardinal Etsou nous rappelle celui du Cardinal Joseph Albert Malula Archevêque de Kinshasa qui après un diagnostic d’empoisonnement, fut transféré d’urgence en Belgique où il rendit l’âme le 14 juin 1989 à la Clinique Universitaire de Louvain (Hôpital saint Raphaël) à l’âge de 72 ans. Une Religieuse d’origine Rwandaise fût l’exécutante de la sale besogne, au profit du pouvoir dictatorial de Mobutu. Les tentatives d’assassinats orchestrées par Mobutu contre ce Cardinal sont légions; L’opinion se rappellera l’empoisonnement raté dont l’exécutant, un grand baron du Mobutisme, le feu Madrandele Tanzi qui a dû manger, bien malgré lui, après un échange amical d’assiettes et de verres à la demande du Cardinal, le repas qu’il savait pertinemment empoisonné, lors d’un dîner de travail à Lubumbashi au début de l’année 1980.

Le Cardinal Malula ne mâchait pas ses mots dans ses prises de position politique contre le régime dictatorial et prédateur en place. Humaniste, Visionnaire et Homme de combat, le Cardinal Malula fut le fondateur du christianisme authentiquement africain; Son engagement politique précoce l’amena à participer en 1956 à la conception, et la rédaction du «Manifeste de conscience africaine» qui fut le premier document intellectuel congolais qui a littéralement ébranlé le pouvoir colonial belge. L’assassinat du Premier Ministre Patrice Emery Lumumba commandité par le pouvoir colonial, fut une très grande perte pour la RDCongo, selon le Cardinal Malula. Sa lutte frontale contre le pouvoir dictatorial de Mobutu lui a valu un exil à Rome, au Vatican, en 1972, pendant la période de «zaïrianisation» ou Nationalisation sauvage des entreprises privées.

L’histoire de la RDCongo est un éternel recommencement, les mêmes causes (Les richesses minières) produisent toujours les mêmes effets, dit-on. A l’instar de son prédécesseur le Cardinal Malula, le Cardinal Frédéric Etsou par ses différentes prises de position en faveur du peuple congolais, est certainement une des nombreuses victimes de la maffia internationale active en RDCongo. L’évidence de conflits d’intérêts et les intérêts générés par les conflits armés en RDCongo, ont poussé cet illustre disparu à comparer les connexions politico - affairistes des Francs-Maçons en RDCongo à l’Eglise de Scientologie. Son décès doit sûrement faire quelques heureux parmi les pêcheurs en eaux troubles !

Certains Congolais, contactés par nos soins, saluent la mémoire et le courage politique du défunt; D’autres n’ont pas caché leur amertume face à ce décès qualifié de suspect et, n’hésitent pas à pointer du doigt la responsabilité des parrains du processus électoral congolais et, celle de Joseph Kabila dans l’assassinat présumé du Cardinal Frédéric Etsou. Ces Congolais regrettent le fait que leur Cardinal ait choisi, comme son prédécesseur le Cardinal Malula, la Belgique pour se faire soigner.

Nous espérons fermement que les Congolais épris de liberté et de justice iront jusqu’au bout pour défendre leur indépendance chèrement acquise. Seule la lutte libère.

Jackson Wilson Journaliste Indépendant Washington DC




Concernant la vraie identité de
Mr Hippolyte Kanombe alias "Joseph Kabila"

Une information indépendante et largement publiée dans les médias africains par Jeune Afrique et d'autres au sujet de la vraie identité de M. Hippolyte Kanombe et de son véritable père, il a été rapporté que le père de «Joseph Kabila» doit être un Rwandais du nom de Kanombe et sa maman une Tutsi Rwandaise appelé Marcelline qui, plus tard était devenue l'une des épouses de Laurent-Désire Kabila.
Bizima Karaha, Ministre des Affaires étrangères de la RD Congo et Leader du RCD (un Mouvement Rebelle soutenu par le Rwanda), décrit Hippolyte Kanombe alias "Joseph Kabila" comme étant enfant adoptif de Laurent-Désire Kabila.

"Quand j'ai vu Hippolyte Kanombe pour la toute première fois à Kisangani en mars 1997, il était Chauffeur du commandant James Kabarebe, un ancien compagnon de Laurent-Désire Kabila. Hippolyte Kanombe fut présenté comme neveu du commandant James Kabarebe", dit Un homme d'affaire africain.

Hippolyte Kanombe a servi dans l'armée rwandaise en 1995. Plusieurs témoins soulignent également le fait indiscutable que Hippolyte Kanombe alias "Joseph Kabila" parle couramment le kinyarwanda, la lingua franca du Rwanda.
En ce qui concerne la fraude, la parodie et l'Illégitimité des élections de 2006 en RDC

Cardinal Frédérick Etsou-Nzabi-Bamungwabi, archevêque de Kinshasa:
"Je demande à la communauté internationale de s'abstenir de toutes les tentatives d'imposer au peuple Congolais, comme Président, celui qu'ils n'ont pas élu." dit Etsou à la Radio France Internationale. Ses commentaires sont parvenus pendant que les voix étaient comptées en novembre et les résultats partiels donnaient déjà à M. Hippolyte Kanombe alias Joseph Kabila, alors président intérimaire, le fil.
Cardinal Etsou a également accusé la Commission électorale d'avoir publié des faux résultats.

Marie-Thérèse Nlandu Mpolo-Nene, Avocate à la Cour suprême de Justice de la RD Congo et Leader d'un Parti politique «Parti pour la Paix au Congo» (Congo- Pax), a été arrêtée à Kinshasa le 21 novembre par des agents des services spéciaux de la police, (Police de services Spéciaux). Marie-Thérèse Nlandu avait été engagée comme Avocate représentant l'Appel de Jean-Pierre Bemba devant la Cour suprême de Justice contre les résultats du deuxième Tour des élections présidentielles.

Après le deuxième Tour des élections présidentielles, Cardinal Etsou a pris ses responsabilités en tant que Leader religieux afin de dire la vérité et a accusé le président de la CEI (la Commission électorale indépendante) d'être complice dans le complot et impliqué dans la fraude des résultats de vote.

Dans une entrevue faite à la Radio France Internationale en date du 13 novembre 2006, qui prend dorénavant le soulagement d'un legs politique, le cardinal a indiqué : "moi, personnellement, en tant que prêtre, je n'accepte pas ce mensonge. La vérité est nécessaire. L'abbé Malu Malu doit se conformer au verdict des urnes de vote. Il ne peut pas permettre d'être falsifié. Je dis non à toutes les tentatives d'imposer au peuple le candidat juste pour satisfaire les appétits des gloutons et prédateur de ses associés étrangers."
"Nous, Prêtres du Peuple de Dieu, avons une mission difficile et délicate : c'est d'être des Serviteurs de la vérité et non du mensonge. Et cela avec courage (...).

Notre position dans n'importe quel moment doit être en faveur du Peuple de Dieu. Ouvrons nos yeux dans nos diocèses pour voir la misère de nos Peuples.

Ouvrons nos cœurs devant plus de 4 millions de citoyens tués par la guerre d'occupation inutile, guerre qui s'est produite et continue d'engendrer la famine et les divisions des familles, alors qu'elle était un moyen utilisé par les belligérants pour s'enrichir et vendre le pays aux Étrangers."

"Comme toute autre personne, nous avons l'information concise des vrais résultats électoraux du 30 octobre 2006. Ces résultats diffèrent sensiblement de loin de ceux de la mascarade politique de laquelle nous avons été témoins le 15 novembre. Par la déclaration de la CEI et le verdict de la Cour suprême de Justice du 27 novembre 2006, et en dépit des voies faciles de quelques-uns, nous continuerons de parler au nom de 8 millions d'habitants qui constituent l'archidiocèse de Kinshasa!"

En ce qui concerne l'assassinat par l'empoisonnement du Cardinal Frédérick Etsou-Nzabi-Bamungwabi l'archevêque de Kinshasa
Après son interview à la Radio France Internationale le 13 novembre 2006, le Cardinal Frédérick Etsou-Nzabi-Bamungwabi, l'archevêque de Kinshasa fut empoisonné et meurt sitôt en date du 6 janvier 2007 en Belgique.

«On ne peut rien exclure!». C'est la déclaration faite sous l'anonymat par un des proches du défunt citant un de médecins traitant. Depuis une semaine, confie cette source, «les organes vitaux du patient Etsou – à savoir les reins, les poumons et le foie - se sont détériorés en un temps record à la stupéfaction du corps médical ».

Selon les témoins oculaires, le visage du cardinal a été soumis à une "éruption cutanée" d'origine inconnue. Le personnel médical a affirmé que sérieusement le visage de Frédéric Etsou ressemblait de plus en plus à celui du Président ukrainien Viktor Iouchtchenko, victime d'un poison de dioxine. Cette information a été confirmée par les visiteurs qui ont eu l'occasion de voir le malade. L'Archevêque de Kinshasa présentait, selon eux, les signes de quelqu'un qui a ingurgité des substances nocives.

Certaines sources confirment que les examens de sang ont signalé des "traces de dioxine". D'autres sources parlent des "traces de cyanure". Cardinal Frédéric Etsou-Nzabi-Bamungwabi est mort le 6 janvier 2007 en Belgique de substances toxiques.


Le journaliste américain indépendant Jackson Wilson a interviewé Hippolyte Kanombe Kazemberembe alias "Joseph Kabila" en marge de l'Assemblée générale de l'ONU 2007

Jackson Wilson: Les pays occidentaux qui ont financé le processus électoral en RDC se sentent aujourd'hui floués depuis que votre gouvernement a signé avec le régime chinois un acc­ord de coopération pour un montant de 8,5 milliards de dollars. La Banque Mondiale et FMI boudent cet accord. Que pensez-vous des réactions des parrains occidentaux?

Hippolyte Kanombe Kazemberembe alias Joseph Kabila: Primo, je n'ai pas de parrains occidentaux. Les élections en RDC ont été libres, démocratiques transparentes. Je suis un nationaliste africain et un panafricaniste convaincu. Ceux des occidentaux qui ont cru être les prétendus parrains vont l'appendre à leur dépend! Je n'ai des comptes à rendre qu'aux électeurs congolais qui m'ont apporté leur confiance. Secundo, j'ai décidé de coopérer avec la Chine, malgré les pressions internationales, car c'est la 4ème puissance mondiale. Je dirai même que la Chine est en réalité la première puissance mondiale.

Nous avons compris que la coopération bilatérale avec nos partenaires occidentaux traditionnels n'a été que duperie. L'exemple le plus frappant est celui de l'accord de coopération avec la Belgique, signé juste après mon investiture, pour un montant de moins de 200 millions d'Euros sur 5 ans! Ce petit montant, argent de poche, loin de nous aider à sortir du marasme économique, nous enferme dans un système de surendettement chronique, une forme de néocolonialisme sournois qui ne dit pas son nom. Nous avons com­pris qu'il fallait absolument couper ce cordon ombilical maléfique. Je peux vous assurer que Hugo Chavez et Fidel Castro sont mes models. Ils ont compris les vrais enjeux économiques internatio­naux, déséquilibrés, au détriment des pays du sud.


La Chine à l’assaut de l’Afrique

Des investissements supérieurs aux sommes injectées par la Banque Mondiale, 800 000 Chinois installés sur place… L’Afrique est en passe d’être dévorée toute crue par l’Empire du milieu.

La croissance et même la survie économique de la Chine dépendent, paradoxalement et pour une part croissante, du continent le moins développé, l’Afrique.

Pékin absorbe désormais 25 % de tout le cuivre consommé à travers le monde, 40 % du charbon, 35 % de l’acier, 10 % du pétrole et sa demande ne cesse de croître, et 90 % de tout l’aluminium. Une économie dévoreuse d’énergie, boulimique en matières premières qui s’est tout naturellement tournée vers la région qui en est le mieux pourvu.

Les Chinois ont lancé une véritable OPA sur l’Afrique en profitant à la fois de la perte d’influence occidentale, notamment française en Afrique de l’Ouest, et de la crise que traversent les institutions chargées de l’aide au développement.
En 2007 Pékin a investi plus de 9 milliards de dollars en Afrique alors que la Banque Mondiale s’est révélée incapable d’y injecter plus de 2,5 milliards de dollars. L’organisation internationale basée à Washington tente désormais de convaincre la Chine de devenir son partenaire pour le financement des projets africains.

Plus de 800 000 Chinois travaillent déjà sur ce continent pour plus de 900 entreprises de toutes tailles. Ils extraient le cuivre et le cobalt en Zambie et au Congo, le platine et le chrome au Zimbabwe ; ils achètent d’énormes quantités de bois au Gabon, au Cameroun, au Mozambique, en Guinée équatoriale et au Libéria, ainsi que l’acier, l’or, le charbon, le nickel dans tous les pays de cette zone qui en détiennent ou en produisent. L’Angola fournit la moitié du pétrole importé d’Afrique par Pékin. En janvier 2005 le gouvernement de Luanda a bénéficié d’un prêt chinois de 2 milliards de dollars gagés sur le pétrole, qui a augmenté d’un milliard de dollars l’année suivante. Officiellement pour réparer les infrastructures déficientes.

Les Chinois détournent le regard

En réalité, la Chine sait qu’elle traite avec des régimes totalement corrompus qui détournent à leur profit une partie de ces sommes. En juillet 2005, la Chine et le Nigeria, autre exemple de corruption à tous les niveaux, ont signé un accord de 800 millions de dollars qui prévoit la livraison de 30 000 barils de pétrole quotidien à la Chine ; le régime nigérian a aussi octroyé à la Chine des licences de forage en échange de 4 milliards de dollars.

Pour les nombreux dictateurs qui peuplent cette région, Pékin constitue une manne et une bénédiction : le régime chinois offre une alternative au tête à tête de plus en plus pesant et tendu avec les occidentaux, ne manifeste aucune exigence en matière de démocratie ou de bonne gouvernance, et enfin, propose gratuitement des services que ces régimes ont toujours été incapables d’offrir à leur population. Plus de 15 000 médecins chinois ont ouvert des dispensaires dans 47 États africains.

La Chine: un généreux investisseur?

Désormais, l’Afrique fournit 1/3 du pétrole importé par Pékin. Ce qui explique qu’en 2006-2007, le Président chinois Hu Jin Tao ait visité 17 pays du continent. En 2005, le flux commercial entre la Chine et l’Afrique s’élevait à 40 milliards de dollars, il dépassera les 100 milliards de dollars avant 2010. Les réserves financières de la Chine dépassent 1 500 milliards de dollars et Pékin joue de cette puissance financière pour séduire, contrôler. En juin 2006, le Sénégal a ainsi bénéficié d’un allègement de sa dette, qui atteignait alors 20 millions de dollars.
Par ailleurs, la Chine s’est engagée à investir 35 millions de dollars dans le dernier délire pharaonique du Président Wade, la construction du plus grand théâtre d’Afrique de l’Ouest. Aussi mauvais gestionnaire que grand mégalomane, le dirigeant sénégalais se montre très satisfait de la réactivité chinoise : « un contrat », confie-t-il, « qui était discuté et négocié pendant cinq ans avec la Banque Mondiale, est conclu en 3 mois avec les Chinois ».

Il est vrai que pour Pékin, le temps presse. Et l’ampleur des investissements est à la mesure de cette urgence. 15 milliards de dollars ont été investis au Soudan depuis 1996, essentiellement dans le pétrole, et 500 000 barils par jour sont extraits, en grande partie par la CNPC (China National Pétroleum Corporation), autorisée à extraire directement les gisements. Pékin finance et arme également les rebelles tchadiens avec, comme objectif, le contrôle des zones pétrolifères du pays.

Vive les matières premières!

Étendre la présence chinoise en République du Congo est devenu une autre priorité. Le plus grand pays d’Afrique est aussi l’un des plus pauvres au monde, avec un revenu annuel par habitant de 714 dollars. C’est également potentiellement le plus riche : son sous-sol recèle les plus importantes réserves mondiales de cobalt et de tantalum, un métal rare, et d’énormes gisements de cuivre, d’or, de diamants, de manganèse, d’uranium et de zinc. Un accord signé en septembre 2007 prévoit que la Chine injectera 6,5 milliards de dollars dans la construction ou l’amélioration des infrastructures du pays, ainsi que 2 milliards de dollars supplémentaires pour ouvrir ou moderniser de nouvelles mines.

Dans ce pays, les Chinois concurrencent directement les grands groupes miniers occidentaux mais disposent d’un atout de poids : leurs firmes sont des entreprises publiques capables de surenchérir inlassablement pour s’adjuger les concessions. Un seul exemple : en 2006 Sinopec, l’une des 3 compagnies pétrolières chinoises, a accepté de payer 2 milliards de dollars pour exploiter le pétrole sur trois lots situés dans les eaux territoriales Angolaises.

Cette stratégie rassure Pékin, quant à la stabilité de ses approvisionnements, et encourage les comportements les plus obscènes de certains dirigeants africains:

Depuis que du pétrole a été découvert dans la minuscule Guinée équatoriale, une ancienne colonie espagnole, la famille au pouvoir est courtisée par la Chine et les occidentaux. Malgré les gisements découverts, le niveau de vie de la population, déjà misérable, a encore chuté et le fils aîné du Président, et son successeur désigné, a pour principal préoccupation de négocier le rachat du yacht de Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft.


Le Congo bradé?

Dominique Mukenza, Le Phare

12 May 2008

Pierre Lumbi, signataire du contrat chinois, face à sa conscience ce matin au Palais du peuple. Le débat autour des contrats chinois ayant pour soubassement une sorte de troc assis sur les gisements miniers congolais a finalement épousé les contours d'une vive controverse. A la lumière des interventions des députés aussi bien de l'opposition que de la majorité au pouvoir, des millions de compatriotes ressentent le besoin d'être pleinement informés des tenants et aboutissants du sésame trouvé pour le financement des 5 chantiers de la République.

Les Congolais veulent savoir si les milliards de dollars annoncés dans le document présenté à l'Assemblée Nationale par le ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction apporte effectivement au pays un partenariat gagnant-gagnant, selon l'expression à la mode.
Compte tenu de l'expérience malheureuse des « éléphants blancs » de l'ère Mobutu, avec à la clef 15 milliards de dollars de dettes sur un emprunt de départ évalué à 2 milliards Usd, la tendance du grand nombre est à la prudence, sinon à la méfiance.

Face aux espoirs des uns et aux appréhensions des autres au sujet d'un partenariat engageant non pas deux Etats, mais plutôt des privés chinois et le gouvernement congolais, le ministre Pierre Lumbi est impatiemment attendu à la tribune du Palais du peuple et dans des millions de foyers congolais et, pourquoi pas occidentaux, pour un éclairage sans zones d'ombre. Il va avoir en effet la lourde tache de démontrer que la RDC va se doter bientôt de nouvelles routes et lignes de chemins de fer, d'aéroports et barrages pimpant neufs, d'hôpitaux, universités et écoles modernes. Le peuple congolais veut se convaincre que les investisseurs chinois ne viennent pas avec des mallettes vides, comme l'ont soutenu plusieurs députés nationaux, et que leurs milliards de dollars ne vont pas prendre en otage plusieurs générations de filles et fils du Congo. On cherche à savoir si les Chinois ne vont pas vider le sous-sol katangais, comme l'avaient fait les Japonais à l'époque de la Sodimiza.

Le débat national, le vrai, sans détours, doit être engagé sur un dossier qui touche à l'avenir de la nation. Il appartient à Pierre Lumbi de rassurer tout le monde que les intérêts du pays ne sont pas bradés. Au cas où des erreurs auraient été commises dans les négociations de Beijing, qu'il ait le courage et l'honnêteté de les reconnaître, afin de permettre à l'expertise de l'Assemblée nationale d'y apporter les ajustements nécessaires.

Au regard des réserves émises au Palais du Peuple, si le gouvernement ne rencontre pas les préoccupations des députés et opère un passage en force, il aura du 'mal à gagner l'adhésion populaire dans un partenariat où il en a pourtant grandement besoin.

Conformément à sa demande acceptée par la plénière, c'est ce lundi dans l'avant-midi que le ministre des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction devrait répondre aux préoccupations des députés en rapport avec les contrats chinois dont la signature est intervenue le 22 avril dernier, à Beijing.

Ne pouvant pas relever toutes les questions adressées à Pierre Lumbi par les élus du peuple pour des raisons d'espace, Le Phare vous en propose quelques unes.

1. Quelle est la part réelle de notre pays dans ces contrats ?

2. Qu'est-ce que les partenaires amènent-ils en terme de capital, à part leur carnet d'adresses ?

3. De quelles garanties le pays dispose-t-il au cas où la partie chinoise ne parvenait pas à remplir sa part du contrat ?

4. Comment interpréter la tendance de la partie chinoise à surévaluer les coûts des travaux ?

5. Sachant le principe de droit qui dit qu'en cas de litige, c'est le droit du pays où la convention a été signée qui est d'application, pourquoi le gouvernement a-t-il accepté de signer la convention en dehors du territoire national, alors que tout devra être fait sur le sol congolais ?

6. Pourquoi le gouvernement a-t-il négocié avec des entreprises, au lieu de laisser ce travail à la Gécamines ?

7. Pourquoi le ministre des ITPR a-t-il signé la convention en lieu et place du ministre des Finances et du Budget étant donné qu'il s'agit d'une matière financière et que l'ordonnance organisant le fonctionnement du gouvernement précise justement que seuls les ministres des Finances et du Budget ont ce type de responsabilité aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur ?

8. Le Premier ministre avait annoncé solennement à l'Assemblée nationale qu'une loi votée par le Parlement réglerait le problème de répartition des infrastructures. Comment expliquer les choix qui apparaissent à travers le contrat chinois et qui consacre un déséquilibre intolérable au plan national ?

9. Pourquoi des exonérations ont-elles été accordées aux entreprises chinoises sur une matière qui constitue le socle des finances publiques ?

10. Comment expliquer l'apparition d'un tiers, un certain Kalamba, dans l'actionnariat ?

11. Pourquoi confier des routes en terre battue aux Chinois et que devient l'Office des Routes ?

12. Comment interpréter le choix de construire une route en terre battue pour relier Kananga et Mbuji-Mayi ? N'est-ce pas une injure aux populations de ces contrées?

13. A partir du moment où tous les risques sont supportés par l'Etat congolais, cela ne signe-t-il pas qu'on est en présence d'un endettement dès lors qu'il est stipulé que si la joint-venture ne réalise pas les résultats programmés, il reviendra à l'Etat congolais d'en payer le prix ?

14. Sur quelle base on s'est fondé pour répartir le capital, 68% pour les Chinois et 32% pour les Congolais ?

15. Le gouvernement a-t-il évalué les conséquences de la dette extérieure antérieure, avant de se lancer dans une nouvelle aventure?

16. Le gouvernement a-t-il bien évalué le coût de nos matières premières à exploiter par rapport au montant à débourser par les partenaires estimé à environ 9 milliards de dollars, parce qu'avec 10.000 tonnes de cuivre c'est déjà plus de 80 milliards de dollars ?

17. Pourquoi n'a-t-on retenu que deux pools économiques sur les trois qu'on connaît traditionnellement, soit Kinshasa et Lubumbashi, et que devient Kisangani ?

18. Pourquoi n'y a-t-il pas de contraintes faites à la partie chinoise en cas de non observance ? Et pourquoi seule la RDC a des obligations tandis que la partie chinoise n'a que des droits ?

19. Quels sont les mécanismes de sécurité permettant de s'assurer que les Chinois n'exploiteront que les minerais définis dans la convention ?

20. Pourquoi un dollar chinois rapporte-t-il 170 dollars aux entreprises chinoises en dehors des charges et 50 dollars toutes charges considérées.

En bref, la représentation nationale s'est montrée très intéressée, sinon regardante, sur les termes de référence de la convention que la RDC a conclue avec un groupement d'entreprises chinoises.

Quand bien même les faisant à titre purement informatif, parce que les accords étant déjà signés, les députés nationaux ont démontré leur détermination à connaître la vérité sur ce dossier de peur de voir le pays passer aux mains des maffieux pour reprendre l'expression de la députée Elisé Dimandja ?

A suivre le débat qui est allé jusque tard dans la nuit, on a eu parfois du mal à faire la différence entre les députés de la majorité et ceux de l'opposition. C'est dire que l'enjeu est important car il s'agit de l'avenir de toute la nation. Les choses s'annoncent dures pour ce lundi. Le ministre pourra-t-il convaincre ou laisser les députés sur leur soif ? La réponse sera donnée tout à l'heure à l'hémicycle.

Après les Chinois
Pleins feux sur les contrats miniers
Par Le Potentiel

Qu'il s'agisse du Rapport Lutundula sur les contrats miniers signés entre 1996 et 2003 ou du rapport final de la commission mise en place par le gouvernement en vue de la revisitation des contrats et conventions minières, l'on se trouve devant deux grands dossiers classés jusque-là « secret défense ». Seule une frange de privilégiés du gouvernement y ont eu accès alors que le premier a été intégralement initié par le Parlement sans qu'il n'en ait débattu en plénière.

Le deuxième, par contre, garde toujours jalousement son grand secret. Jamais la vérité n'a explosé sur des évidences de compromission avancées par divers commentateurs. Aujourd'hui, le Parlement, ou pour certains le gouvernement – c'est selon l'angle d'approche – ont décidé de porter sur la place publique les dessous des engagements pris avec les Chinois. L'opinion voit en cette démarche une belle brèche ouverte au pouvoir législatif pour tenter de voir un peu plus clair dans tous les contrats signés ou en voie de l'être. Par souci de transparence, l'exercice en vaut bien la chandelle.
Acte de repentance, estiment certains analystes, l'Assemblée nationale débat en plénière le protocole d'accord signé entre la Chine et la République démocratique pour la réalisation d'une catégorie de travaux inscrits dans les « cinq chantiers » du chef de l'Etat.

Deux camps s'affrontent désormais à l'Assemblée nationale. D'un coté, les députés membres de l'Alliance pour la majorité présidentielle (AMP), coalition au pouvoir, qui voit en la manne chinoise une belle manière de répondre aux promesses faites à la population pour la période 2006-2011. De l'autre, il y a les députés qui voient dans ce protocole des signes évidents de compromission et de bradage des richesses nationales par le fait que le protocole liant la RDC à la Chine prévoit, en contrepartie, l'attribution à la partie chinoise des gisements miniers.

Comme l'on devait s'y attendre, chaque camp ne porte par des gants pour défendre sa position. Demain mardi, le ministre des Travaux publics, Infrastructures et Reconstruction revient à l'Assemblée nationale pour répondre aux nombreuses interrogations soulevées par les députés. C'est l'occasion pour lui de convaincre afin de dissiper le flou artistique entretenu depuis décembre 2007 par le gouvernement autour du protocole d'accord signé avec la Chine, agissant au travers de China Development Bank et Exim Bank, deux banques commerciales chinoises.
Les prêts chinois ont une particularité : le protocole d'accord n'a pas été signé d'Etat à Etat, mais ce sont plutôt des banques commerciales, soutenues par le gouvernement chinois, qui se sont engagées avec l'Etat congolais sur des fonds souverains mis à leur disposition par la Chine. D'où, toute la nébuleuse sur un protocole qui, pour une certaine catégorie, semble sortir du domaine de l'ordinaire.

L'Assemblée nationale se réveille Mais, au-delà des aspects tout à fait techniques liés à la question, c'est la procédure engagée par l'Assemblée nationale qui suscite des analyses en sens divers. Même si la Chambre basse du Parlement est entrée dans la danse bien en retard après que tout ait été fait au niveau du gouvernement, ce qui se passe actuellement à l'hémicycle doit servir désormais de jurisprudence dans tout acte posé par le gouvernement au nom de l'Etat congolais.

Au nom de la transparence, il y a de bonnes raisons pour que l'Assemblée – le Sénat, en même temps, joue véritablement son rôle de garde-fou dans la conduite des affaires publiques. D'ailleurs, la Constitution dispose en son article 213 alinéa 2 ce qui suit : « Le gouvernement conclut les accords internationaux non soumis à ratification après délibération en Conseil des ministres. Il en informe l'Assemblée nationale et le Sénat ». C'est dire que, malgré la prérogative lui reconnue par la Constitution, le gouvernement a néanmoins l'obligation de rendre compte au pouvoir législatif, représentant le peuple congolais.

Or, sur les prêts chinois, le gouvernement continuait à entretenir depuis septembre, date de la signature du premier protocole d'accord, un véritable mur. Pire, au niveau même du gouvernement, d'autres membres de l'exécutif étaient totalement mis à l'écart de ce projet, piloté directement au niveau de la présidence de la République. La preuve de cette incohérence autour d'un projet gouvernemental a été donné à Washington lors des assemblées de printemps du FMI et de la Banque mondiale où la délégation congolaise, conduite par le ministre des Finances, n'a pas été en mesure de présenter aux services du FMI des éléments de réponse cohérents sur les prêts chinois.

Toujours en référence aux accords et traités internationaux, la Constitution poursuit en son article 215 que : « Les traités et accords internationaux régulièrement conclus ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve pour chaque traité ou accord, de son application par l'autre partie ».

Est-ce que les prêts chinois et d'autres contrats signés dans divers secteurs de la vie nationale ont été conclus « régulièrement » pour engager normalement le pays ? C'est tout le sens du débat.

Privilégier l'intérêt national

Il s'agit donc aujourd'hui de se mettre d'accord sur un certain nombre de principes pour que seul l'intérêt supérieur de la Nation puisse primer dans tout acte engageant l'Etat congolais. Les faits ont démontré que les prêts chinois ont été signés dans des circonstances tout à fait obscures, mettant ainsi en cause la forme « régulière » de ces contrats.

Même si l'urgence n'est pas de faire table rase sur les engagements, encore légitimes, pris par le gouvernement pour doter la RDC d'importantes infrastructures de base, le bon sens voudrait que ce dernier revienne à la raison en cherchant le plus possible à associer différentes structures de l'Etat dans tout ce qu'il fait. La transparence lui ferait gagner beaucoup de temps pour autant que tout le monde se serait mis d'accord sur l'attitude à adopter. Car, la décision finale procéderait d'un consensus autour d'une question d'intérêt national. Aujourd'hui, l'on ne peut réduire la question chinoise à une guerre de camps. Bien au contraire, le sujet doit intéresser tous les Congolais quelle que soit leur appartenance politique. La logique voudrait que tout projet ait un initiateur. Dans l'état actuel du pays, il est aberrant de réduire les « cinq chantiers » au président de la République ou encore à l'AMP. Il s'agit de chantiers de la République, car c'est tout le pays qui en profitera. D'où, l'intérêt de dépassionner le débat autour des prêts chinois.

Le plus important, c'est d'éclaircir les règles du jeu pour que la RDC tire bien son épingle sans hypothéquer son avenir en tant que Nation libre et indépendante. Comme le dit le philosophe congolais Kâ Mana,

« la coopération avec la Chine exige un haut niveau de conscience de nos problèmes ; un niveau plus vital que celui auquel le gouvernement de notre pays nous a habitués par son étroitesse d'esprit et sa navigation à vue. Elle exige non pas une vision politique des liens entre un géant qui serait la Chine et un nain qui serait le Congo, comme c'est le cas aujourd'hui. En revanche, elle a besoin d'une vraie rencontre entre deux géants ayant tous les deux des ambitions de géants ».

Pousser la logique jusqu'au bout

Il va de soi qu'avec la brèche ouverte à l'Assemblée nationale à la suite des discussions amorcées autour des prêts chinois, il est temps qu'on sache aussi ce qui se cache depuis des mois autour des 61 contrats et conventions minières soumis à la révisitation. De fil en aiguille, l'Assemblée nationale doit aussi légitimement s'immiscer – la Constitution lui reconnaît la prérogative – aux contrats pétroliers que négocie actuellement la RDC sur le lac Albert, la Cuvette centrale ou encore la zone d'intérêt commun séparant l'Angola à la RDC au niveau de l'océan Atlantique.

L'Assemblée nationale a aujourd'hui une belle occasion de se démarquer de la passivité qui lui est souvent attribuée vis-à-vis des actes de gestion courante posés par le gouvernement. Après les Chinois, l'on s'attend donc que le président Kamerhe et ses collègues brisent la glace qui entoure encore les contrats miniers et pétroliers signés par des entreprises publiques ou d'économie mixte, après avis de non objection du gouvernement.


Le contrat chinois ou l'histoire d'un chef d'oeuvre d'un contrat léonin

Par l'Honorable Delly SESANGA HIPUNGU DJA KASENG
Le 9 mai 2008

Honorable Président,
Excellences Messieurs les Ministres,

Je voudrais commencer mon propos par une remarque. Tous les autres contrats signés avant cette convention n'ont pas été transmis. C'est notamment le cas de celui du 19/06/2007 ou des engagements pris avec le groupe FOREST.

Je pense qu'il serait infiniment souhaitable, pour plus de clarté et de transparence, que le gouvernement les transmette à la représentation nationale. Ils donneront une vision exhaustive de la question.

Mon propos va porter sur la question de l'équité du montage juridique de ce contrat.

Pour le gouvernement, ce contrat est « WIN WIN » ou « GAGNANT-GAGNANT ». Il clame ubi et orbi, à tue tête, à qui veut l'entendre, avoir trouvé, dans cette sorte d'ingéniérie financière du troc moderne, la clé au financement du programme des infrastructures.

Mais pour que ce contrat soit GAGNANT-GAGNANT, il ne suffit de le proclamer, comme un rêve éveillé. Encore faut-il que les deux parties retirent un avantage réciproque par des prestations équivalentes. Sinon, il y a tromperie sur le prix.

Pourtant, il ne faut pas être juriste d'affaires pour voir que cet ensemble contractuel chinois est un chef d'œuvre en matière de contrat léonin.

Voilà un contrat, où il pèse sur la partie congolaise toutes les obligations. Elles sont clairement martelées, verrouillées par des garanties inédites de l'Etat congolais. Même le Roi Léopold II, n'avait pas concédé autant dans la mise en valeur du bassin conventionnel du Congo, à l'époque de l'Etat indépendant du Congo.

Les entreprises chinoises, quant à elles, n'ont pour d'obligation en tant que telle. Elles s'engagent dans une série des promesses, elles se portent fort de. Mais plus vous lirez le contrat, plus ces promesses se diluent dans une suite infinie des conditions potestatives, que seule le plus souvent la partie chinoise maîtrise et peut unilatéralement évoquer pour ligoter la République.

Ce contrat consacre ; dès à présent, le pillage de nos ressources ; à moyen terme, menace l'équilibre de nos finances publiques et ; à long terme ; condamne les générations futures à une pauvreté plus sévère. De façon générale, ce contrat met en péril les intérêts nationaux. Ceux qui ont lu l'histoire savent que c'est par ces types de contrats que certains pays ont perdu leur liberté, enchaînés dans un cycle de la dette, provoqué par des financements vautours, pour finir comme des protectorats des pays étrangers. Prenons garde, de ne pas laisser glisser le Congo sur la pente dangereuse de devenir un protectorat.

I. L'ABSENCE D'EQUIVALENCE DES PRESTATIONS ENTRE LA PARTIE CONGOLAISE ET LA PARTIE CHINOISE

A. LA DILUTION DE LA RESPONSABILITE PAR LA CASCADES DE STRUCTURES ECRANS

L'objet de ce contrat est financier (1.1.1.1). Il consiste pour la RDC à trouver les ressources financières nécessaires à la réalisation des projets d'infrastructures nationales importantes et urgentes. Le Ministère des TPI, qui a signé seul pour la partie congolaise, n'y apparaît que comme maître d'ouvrage (10.4).

Concernant un engagement financier de la République, ce sont les Ministres des Finances et celui du Budget qui auraient dû signer. Et s'il était question de prendre en compte les ministres des infrastructures et celui des mines, il aurait fallu alors qu'ils cosignent tous les 4, chacun pour ce qui le concerne.

Cette pratique usuelle n'est pas une fantaisie, mais un gage de transparence et de bonne gouvernance parce qu'elle sauvegarde la responsabilité individuelle de chaque membre du Gouvernement dans une démocratie. Elle les rend comptable de leurs actes.

Ce n'est pas qu'une question de pratique, c'est aussi une question de droit. En effet, l'Ordonnance du 16.05.2007 sur l'organisation et le fonctionnement du gouvernement n'en dispose pas autrement.
« Le Ministre des finances mobilise les ressources internes et les ressources externes et assure leur gestion. Quant à celui du budget il donne un avis préalable sur les opérations d'emprunts à l'extérieur des entreprises publiques émargeant au budget de l'Etat». (art. 1.10 )

Son visa préalable est nécessaire à tout projet de décision, de convention, d'acte d'administration ou toute opération financière susceptible d'avoir un incident sur les recettes ou les dépenses publiques. L'Ordonnance précitée précise qu'il a le droit de participer aux actions de mobilisation des ressources internes et externes.

Pourquoi l'Ordonnance n'a pas été respectée ?

En supposant que le Ministre des TPI ait été négocié avec le mandat du Gouvernement, donc délibéré en Conseil des ministres, pour le compte de l'ensemble ; pourquoi devrait-il signer là où la signature de la GECAMINES aurait suffit, vis-à-vis des cocontractants chinois ici, qui ne sont que des entreprises ?

Car, du côté chinois, le Groupement des Entreprises chinoises : CHINA RAILWAY GROUP Ltd et SINOHYDRO Corporation, s'engagent en réalité comme une tête de pont pour un syndicat de 5 entreprises chinoises qui forme le Consortium (l'art. 1.5). Elles ne négocient pas pour le compte du gouvernement chinois qui est externe à la présente convention. Tout en signant, le Groupement des Entreprises chinoises ne fait que se porter fort de convaincre et d'amener le Gouvernement chinois ainsi que la mobilisation des financements.
La partie chinoise qui signe agit comme un commissionnaire, interface avec les intérêts financiers et industriels chinois. Elle fera le travail de notre ministre des finances en ce qui concerne la mobilisation des ressources financières en Chine.

Sur les deux volets du contrat : Joint venture minière et projet infrastructures, le GEC cumule plusieurs fonctions en situation de conflit d'intérêt, tenaillant la République d'une main de fer pour l'exécution des engagements.

Le Gouvernement nous expliquera cela. Mais fallait il qu'au surplus, en violation de la loi sur les entreprises publiques, le gouvernement avec les chinois autorisent la GECAMINES à désigner une personne physique de son choix pour la représenter et qui sera plus tard remplacée par une filiale de la GECAMINES afin de constituer le Groupe GECAMINES. (1.4).

Qu'est ce qui peut justifier cet agencement de ce contrat cadre en contrat de Commissionnaire, aussi bien dans la partie chinoise que dans la partie congolaise. Les informations qui circulent, révèlent d'ailleurs que cette personne physique a été désignée et elle serait porteuse d'une participation dans la Joint venture pour 12%. Le Gouvernement peut il nous éclairer sur ce choix illégal, je le rappelle.

B. LA DEMULTIPLICATION DES CONDITIONS POTESTATIVES EN FAVEUR DE LA PARTIE CHINOISE

Les marges du Congo sont infimes. C'est un euphémisme ; elles sont inexistantes dans ce contrat.

Certes, le Groupement d'Entreprises chinoises s'engage à mobiliser et mettre en place le financement pour le développement des gisements miniers, dans le cadre de la JVM, et pour la construction des infrastructures.

Mais, le GEC jouit de trop des droits unilatéraux.

Il décide du rythme et du volume des travaux d'infrastructures en fonction des résultats d'exploitation de la JVM (Art. 9) ; et pourtant c'est elle qui gère et contrôle la JVM.

Il choisit, en tant qu'associé majoritaire, la technologie, le matériel et embauche le personnel, sans une obligation quelconque du choix, parce que la Chine a le monopole. Ces choix détermineront la rentabilité de la JVM. Mais si cette rentabilité est mauvaise, la RDC doit la garantir ; la Chine ne prend aucun risque financier sur ses propres choix industriels.

Il suspend l'exécution du programme des infrastructures lorsque l'étude de préfaisabilité n'est pas acceptée par la GECAMINES ou lui-même. Mais c'est elle qui fait ces études à charge de la JVM.

Il choisit les fournisseurs chinois et paie les factures des travaux des infrastructures, parce que majoritaire dans la joint venture.

Lorsqu'il prête 50 millions USD à la GECAMINES, sans garde fou ; il choisit souverainement le mode de paiement de ce prêt, soit en espèce soit en nature équipements, en imposant son prix.

Les affaires sont bonnes, Monsieur le Président.

Après avoir jugé à deux reprises que les concessions que la République doit lui donner sont insuffisantes pour compenser les travaux d'infrastructure, voilà nos partenaires en droit de résilier le contrat, mais la République paiera les prestations intermédiaires.

Le Groupement des entreprises chinoises a besoin d'une loi pour sécuriser son régime conventionnel dans le bassin du Congo, mais il apprécie seul oui ou non si l'absence d'une loi pour sécuriser régime fiscal spécifique conduit à la résiliation du contrat.

Enfin, Monsieur le Président, les chinois peuvent accélérer les travaux et mettre les moyens à la disposition du Gouvernement avant que la JVM ne devienne rentable. Mais pour ce faire, il faut hypothéquer à leur profit les titres miniers mis dans la Joint venture. Qui est ce partenaire, copropriétaire de ces titres par la JVM, mais qui demande une couverture à 2000 % dans chaque opération. C'est du gagnant gagnant chinois.

C. LA RENONCIATION DU GOUVERNEMENT AUX DROITS CONSTITUTIONNELLEMENT GARANTIS

Cette convention transige sur les principes de la Constitution.

Je suis un libéral réformateur et radical. Je suis contre les atteintes à la propriété. Comment l'Etat s'engage à ne jamais, nationaliser, ni exproprier alors que ce droit est reconnu sous réserve du respect de la loi par l'article 34 al. 3 de la Constitution ?

Je comprends que le Gouvernement s'engage à garantir la sécurité des entreprises chinoises contre les émeutes politiques. Je ne m'explique pas cela lorsqu'il s'agit de lutter contre les grèves. La grève est un droit reconnu et garanti (art. 39). Comment le Gouvernement entend garantir un partenaire contre l'exercice d'une liberté publique, sans violer la Constitution ?

Le Gouvernement s'est engagé à respecter les libertés publiques. Il serait mal venu que par ce contrat, nous importions dans notre pays le capitalisme de l'apocalypse. Dans une interview à la Libre Belgique, le Gouverneur du Katanga, a décrit comment les entreprises chinoises se comportent au Katanga avec les droits des travailleurs. C'est pathétique que le Gouvernement donne l'impression de consacrer cela dans une convention.

L'autre droit régalien sur lequel le Gouvernement a cédé c'est celui du choix des priorités et de la localisation des infrastructures.

Cela se traduit par les déséquilibres dans la répartition des projets sur l'étendue de la République.

Le Gouvernement avait promis, par le Premier ministre, qu'une loi viendrait ici au Parlement pour assurer la répartition des investissements en infrastructures. Cette idée du Premier ministre est une excellente chose pour cimenter l'unité nationale.

Pendant que la représentation nationale attendait le projet de loi. Et beaucoup des députés ici avaient quelques idées intéressantes là-dessus, c'est après tout, nous, qui représentons le peuple. Au lieu de suivre la voie de sagesse du Premier ministre, le Ministre des TP, au nom du Gouvernement probablement, esquive les représentants du Peuple et va décider cela avec les chinois. C'est avec eux que le Gouvernement va décider des priorités des infrastructures. Il faut convaincre le GEC avant d'envisager une infrastructure.

Je comprends alors comment a été décidé une orientation aussi inégalitaire et désarticulée des investissements pour l'espace territorial national. Ce sont les priorités chinoises au Congo et non les priorités congolaises avec les fonds chinois. Au moment où l'on parle de l'alignement de l'aide sur les choix nationaux c'est affligeant.
II. LE SURENGAGEMENT DE L'ETAT PAR DES GARANTIES EXCESSIVES DANS UN FINANCEMENT VAUTOUR

LE DESEQUILIBRE DU PACTE D'ACTIONNAIRE DANS LA JOINT VENTURE MINIERE

La GECAMINES fait apport de ses titres pour des gisements connus et certains pour partie. Le GEC fait un prêt de 3 milliards de $, remboursable sans intérêt pour 30% du principal et à 6,1% d'intérêt pour les 70% restants. Mais dans le capital la JVM, GEC contrôle 68 % des parts et 32 % par la GECAMINES.

Quelle est la cause qui justifie cette répartition du capital?

Sur ce point ce contrat, a au moins l'avantage d'innover en matière du droit des affaires. Désormais à côtés des apports connus : en numéraire, en nature et en industrie, il faut compter avec, l'actionnaire sans apport.
En droit des affaires les avances en compte courant d'associés, doivent être incorporés dans le capital et cesser de produire les intérêts pour donner droit à des participations. L'apport en compte courant est adossé sur un apport préalable et ne peut être rémunéré doublement comme apport et comme participation. Cet agencement du contrat est l'exemple type de la clause léonine que l'on apprend en droit des sociétés aux étudiants.
Par quelle magie, la JVM rembourse le prêt en compte courant d'actionnaire et gratifie l'actionnaire chinois de 68 % de la société ?

Ce pacte est profondément léonin, sans fondement d'autant plus que la garantie de l'Etat joue au cas où le projet ne serait pas rentable. En droit des sociétés, lorsque le risque pèse sur un actionnaire sans compensation ; une telle clause est considérée comme léonine.

Tout au plus, l'apport de la partie chinoise pourrait se limiter aux intérêts générés par 30 % du prêt pour lesquels, la JVM n'est pas tenue au remboursement. Encore que cela suppose qu'ils aient libéré au minimum leur souscription au capital.

B. LA VIOLATION DU CODE MINIER : SOURCE DES DEPENSES FISCALES INDUES

La convention accorde une exonération totale de tous les impôts, droits, taxes douanes, redevances directs et indirects, à l'intérieur ou à l'import et à l'export, payables en RDC et ceux liés aux activités minières et au développement d'infrastructure. C'est une réminiscence de notre passé lointain et douloureux : celui de l'époque du régime conventionnel du bassin du Congo. On ne paie pas les taxes au Congo, mais à l'entrée de la Chine, nos marchandises

Cette clause viole le Code minier dont le régime fiscal est un régime de faveur non cumulable (Art. 220 du C. min).
Pour avoir un nouveau régime, il faut passer par le biais de la loi. A supposer que l'on passe par la loi la clause de stabilité et de la fiscalité la plus favorable seront activées par tous les autres opérateurs pour réduire encore la contribution fiscale du secteur minier au budget de l'Etat.

Quel est le fondement de cette exonération totale accordée, en violation du Code minier?

La fiscalité dans le secteur minier, bien appliquée et maîtrisée, permet sur la durée du projet de compenser la faiblesse de la participation par les flux de trésorerie, qui rééquilibrent le modèle économique en faveur de l'Etat.

LA GARANTIE DE L'ETAT: SOURCE DE L'ENDETTEMMENT DE LA REPUBLIQUE

Le Gouvernement prétend que la convention est de nature commerciale et ne génère pas de dette pour l'Etat.

La dette n'est pas générée que lorsque l'Etat s'engage directement. Lorsque l'Etat émet en collatéral une garantie en faveur d'un projet qui l'oblige à faire face au risque de défaut, il y a bien une source d'endettement. Dès lors que la RDC donne sa garantie pour octroyer au GEC d'autres concessions au cas où les revenus attendus de la JV Minière s'avéreraient insuffisantes pour rembourser les investissements du projet minier et dans le projet infrastructures ; il y a dette potentielle. Et si au bout de 25 ans qui suivent la création de la JVM, celle-ci ne rembourse pas le principal et les intérêts, la RDC rembourse le solde par toute voie. Avec ceci, compte tenu de la durée du projet : la dette cesse d'être potentielle, elle devient certaine.

A la lumière de tous ces écueils, ce contrat doit être renégocié afin de rééquilibrer les choses en faveur de la République. A cet effet, le Premier ministre, Chef du gouvernement, devrait être invité à faire une déclaration à l'Assemblée dans ce sens en vue de garantir le respect des intérêts nationaux.
Peut on cependant, Monsieur le Président faire des propositions à la véritable question de fond qui consiste à savoir si on peut mobiliser les capitaux pour notre pays notamment par le biais de l'innovation financière en pré finançant l'impôt et d'autres recettes, sans brader le patrimoine national, en restant dans le domaine des lois de la République.
Je pense qu'une opération de titrisation sur créances futures, basées sur les revenus des impôts, taxes et revenus des participations publiques, permettrait d'attendre cet objectif. D'autres pays l'ont fait et cela a marché très bien. On fait noter d'abord nos créances futures. On crée à l'international un Véhicule spécial de titrisation pour sécuriser les recettes éligibles. Le stock de ces recettes vient adosser, comme actif sous-jacent, une opération de prêt à un taux de faveur qui permet à l'Etat d'accomplir ses choix dans les meilleures conditions sans sacrifier à l'essentiel.


Le Congo de Hippolyte Kanombe Kazemberembe n'est pas un Etat
souverain

30-04-2008

Réagissant au "discours musclé" du Ministre Belge des Affaires Etrangères fustigeant la corruption, la mal gouvernance, la violation des droits de l'homme au Congo et les privilèges de certains Congolais aux dépens du plus grand nombre, Hippolyte Kanombe Kazemberembe a accordé (?) un entretien exclusif au journal Belge Le Soir. Dans cet entretien, "la Belgique, dit-il en substance, doit choisir entre un rapport normal entre Etats souverains et "des rapports de maîtres à esclaves", évidement inacceptables pour Hippolyte Kanombe Kazemberembe." (C. BRAECKMAN, Hippolyte Kanombe Kazemberembe aux Belges: "Le rapport maîtres-esclaves, c'est fini. Entretien exclusif avec le président du Congo: "L'Etat congolais n'est-il pas souverain?", dans Le Soir du jeudi 24 avril 2008, p.1)

I. L'esclavage premier

A cette étape de notre analyse, nous nous posons la question de savoir qui doit choisir quoi. Est-ce le Congo de Hippolyte Kanombe Kazemberembe qui a opté pour le rapport de maître à esclave ou la Belgique et l'Occident? Théoriquement, nous risquons de répondre à cette question en disant: "Tous les trois".

Mais l'examen pratique des faits et des discours est révélateur d'une extraversion caractéristique des gouvernants Congolais. Ils auraient un peu plus intérêt à initier, dans les actes, un autre mode de partenariat que "leurs partenaires extérieurs".

Relisons un peu un extrait de l'entretien de Hippolyte Kanombe Kazemberembe. Pour justifier le recours aux Chinois, Hippolyte Kanombe Kazemberembedit: "Avant les élections déjà, j'avais fait des promesses à la population, sur la base d'engagements pris entre autres par la Banque mondiale. Par exemple, alors que j'étais de passage à Kikwit en 2002, j'avais promis à la population qu'elle aurait une route la reliant à Kinshasa, sur base d'une promesse faite par M. Prodi, au nom de l'Union européenne. Jusqu'à ce jour, on a rien vu, et il y a beaucoup d'exemples comme celui-là." (Ibidem, p.3)

Ce texte part d'un non-dit qui est un postulat: "Pour construire le Congo, la Banque mondiale et l'Union européenne doivent donner de l'argent. Les gouvernants congolais peuvent ne pas produire eux-mêmes cet argent. Mais ils doivent, en comptant sur "les partenaires extérieurs", faire des promesses à leurs populations. " Pour dire les choses autrement, l'argent pour construire le Congo doit être donné par "les partenaires extérieurs" et non produit au Congo même. Pourquoi? Cela a toujours été comme ça. Tel est l'esclavage premier: l'esprit extraverti de plusieurs d'entre nous et de nos gouvernants actuels. Sans une remise en question sérieuse de ce postulat, la magie des mots (souveraineté, légitimité) ne brisera pas les chaînes spirituelles de notre esclavage. Elles ne nous permettent pas de comprendre qu'il n'y a pas de souveraineté politique sans base (économique) matérielle autonome. En d'autres termes, on ne devient pas souverain avec l'argent d'autrui… "Kapingu nakusonga, wangata twuisu wantonuena!"


En effet, un examen sérieux des actes posés par Hippolyte Kanombe Kazemberembe, son gouvernement et le Parlement Congolais depuis la mascarade électorale de 2006 ne permet pas facilement de conclure comme le fait le Président Congolais: "Le rapport maîtres-esclaves, c'est fini." Il conduit par ailleurs à affirmer que le Congo de Hippolyte Kanombe Kazemberembe n'est pas encore souverain.

Pour éviter que la mystification linguistique dans laquelle la mondialisation marchande nous a embarqués depuis les années 70 ne prête à confusion, il sied que nous commencions par dire ce que nous entendons, tant soit peu, par souveraineté.

II. Souveraineté théorique et faits

Une certaine tradition politique confortée par le siècle des Lumières considère qu'un Etat est souverain quand les décisions et les délibérations (du corps politique des représentants du peuple) concernant l'orientation sa gestion de la res publica sont indemnes de toute contrainte intérieure et/ou extérieure autre que celle qu'elle permet. Mais cette souveraineté peut disparaître en tout ou en partie. Elle peut se perdre. Quand? "Lorsqu'une puissance étrangère lui impose ses lois, alors l'Etat n'est plus souverain et disparaît en tant que tel. Son existence est en effet mise en question car il perd tout ou partie de sa souveraineté qui forme son essence. C'est le cas lors d'une invasion militaire, mais aussi lorsque l'Etat doit s'incliner les pressions qui lui sont extérieures, comme peuvent l'être par exemple un lobby bancaire ou un groupe idéologiquement commandé par des inspirations étrangères.

Le développement de la mondialisation a vu récemment divers cas de pressions extérieures imposant à de petits Etats de modifier leur politique, par exemple sur le plan économique ou sur le plan des lois intérieures." (V. AUCANTE, De la solidarité. Essai sur la philosophie politique d'Edith Stein, Paris, Parole et Silence, 2006, p.126) L'Etat perd sa souveraineté lorsqu'elle est rendue incapable de légiférer par sa propre autorité.

Dans un monde mondialisé où "la démocratie du marché" a pris toute la place et où "l'économie du marché" a instrumentalisé le pouvoir politique, l'esclavage ne se pratique plus par le recours à la chicotte. Il a pris une forme civilisée. Les IFI, bas financier de l'impérialisme et des "cosmocrates" occidentaux ayant transformé le Congo de Hippolyte Kanombe Kazemberembe en un simple marché déréglementé, dictent aux Etats-vassaux la ligne de conduite à tenir dans la gestion "des affaires" et utilisent la dette comme nouvelle arme de domination.

Les analystes congolais et amis du Congo le savent et en témoignent.

Dans un article publié récemment par le journal Le Potentiel, il ressort que c'est la Banque mondiale et le Fonds monétaire international qui légifèrent au Congo pour les matières aussi sensibles que les mines et la forêt. Voici ce qu'écrit Le Potentiel: "Les reproches, régulièrement formulés contre la politique de diktat menée principalement par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international tournent autour de leur politique antisociale. Des fonds destinés à la RDC, dans le cadre des réformes, ne sont pas accompagnés des volets sociaux subséquents de manière à atténuer les effets pervers.

Au-delà, des textes mis en place dans ce même cadre ont privé les Congolais de leurs droits à la survie. Des compensations prévues dans les cahiers de charge ad hoc ne se traduisent que timidement en actions sur terrain. Pour cause ? Les différents codes miniers, forestier et des investissements tout comme les dispositions légales du pilotage des réformes pêchent par l'absence de structures de contrôle adéquates. Des mesures d'application limitent les champs de subsistance des populations victimes alors qu'au même moment, l'Etat ne tire pas grand profit de l'exploitation de ses propres ressources.

Dans le Code minier par exemple, l'Etat n'a droit qu'à 5% du capital en termes de redevance.

Le nouveau Code des investissements, d'inspiration Banque mondiale, provoque un manque à gagner important au Trésor public, sans la garantie d'une rétribution équivalente. Des exonérations de façon excessive sont accordées ainsi que des exemptions. Notamment par certaines autorités des régies financières en dehors des dispositions réglementaires. Une absence notoire de critères clairement définis et de procédures précises et fiables d'octroi des exonérations font place nette à des détournements et des arrangements avec les administrations. " (Codes minier, forestier, réformes..., les «crimes» de la Banque mondiale en RD Congo!, dans Le Potentiel du 24 avril 2008.

Quelques mois après l'investiture du gouvernement Gizenga, le CADTM avait déjà tiré une sonnette d'alarme en publiant (le 6 juillet 2007) sur son site un article au titre très révélateur de la politique esclavagiste pratiqué par le duo Hippolyte-Gizenga et leur Parlement: "RDC: la démonstration du pillage et de la soumission".

Dans cet article, Eric Toussaint et Damien Millet prenaient la RDC comme un exemple éloquent de la soumission et de la perte de la souveraineté Ils écrivaient ce qui suit:

"Pour qui veut comprendre des notions aussi complexes que le pillage des richesses d'un pays, la perte de souveraineté intolérable d'un Etat et la notion de dette odieuse, la République démocratique du Congo (RDC) est un cas d'école.

La façon dont le budget 2007 a été constitué et les orientations prises par le gouvernement dirigé par Antoine Gizenga fournissent des preuves saisissantes de ce que le Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde et tant d'autres mouvements sociaux avancent depuis des années." (Nous soulignons). Ils justifiaient leur prise de position en montrant que "le projet de budget 2007 présenté par le gouvernement à l'Assemblée nationale était marqué par une orientation néolibérale stricte, et pour cause : selon le ministre congolais des Finances, Athanase Matenda Kyelu, il « était conforme aux arrangements convenus avec les services du FMI »." Et ils ajoutaient: " Gardons à l'esprit que le FMI est le fer de lance de la mondialisation financière, particulièrement réputé sur tous les continents au sein des populations pauvres pour les ravages commis par les mesures antisociales qu'il a imposées depuis un quart de siècle..."

Face au refus du Parlement un budget de misère issu des " arrangements convenus avec les servies du FMI", "le gouvernement a alors été chargé d'éteindre l'incendie en intervenant auprès du Sénat dans ce sens. Voilà comment un gouvernement se soumet au FMI et à ses créanciers, exactement comme un esclave sert son maître." Et le 29 juin 2007, le Sénat avait dû se pliait au diktat du FMI.

En sus, "une part démesurée - 50% ! - des ressources propres de la RDC va au service de la dette, dont le poste budgétaire est en très nette augmentation. Comme l'a déclaré le Premier ministre congolais lors de la présentation du budget: «Cette situation réduit ainsi la capacité du Gouvernement de consacrer ses ressources internes, dès 2007, à l'amélioration des conditions de travail des agents et fonctionnaires de l'Etat et particulièrement ceux de la Police et de l'Armée et à renforcer sa capacité financière au profit des investissements prioritaires». Finalement, entre réaliser ces investissements prioritaires ou rembourser de riches créanciers qui s'accaparent les richesses nationales, le gouvernement, fortement conseillé par le FMI, a choisi la seconde alternative. Evidemment, les dépenses pour l'éducation et la santé sont réduites à la portion congrue." Ce choix, en empêchant délibérément la satisfaction des besoins humains fondamentaux portait atteinte à plusieurs textes fondamentaux dont la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et le Préambule de la Constitution congolaise, au nom de l'initiative PPTE.

Quelle est la finalité de cette initiative? Il s'agit "d'imposer à la RDC des mesures économiques très impopulaires, comme la réduction des budgets sociaux, la suppression des subventions aux produits de première nécessité, des privatisations, l'ouverture des frontières et une fiscalité qui aggrave les inégalités."

Hippolyte Kanombe Kazemberembe et Antoine Gizenga, en acceptant que, sur le conseil du FMI, le Congo soit classifié parmi les pays pauvres très endettés, souscrivaient au blanchiment des dettes odieuses contractées par Mobutu et ses dinosaures avec la complicité du FMI, de la Banque mondiale et de certains créanciers opérant au sein de ces IFI dont la Belgique. Ce faisant, ils mettaient au cou de notre pays la chaîne de l'esclavage occidental. Ils auraient prouvé que le Congo est souverain en organisant un audit sur ces dettes odieuses au moment de leur prise du pouvoir. Pour ne l'avoir pas fait, Hippolyte Kanombe Kazemberembe, Antoine Gizenga et les Parlementaires Congolais peuvent être classifiés parmi "les collabos" du nouvel esclavage occidental au Congo.

Un audit sur ces dettes odieuses auraient permis aux Congolais de ne pas rembourser pour la énième fois l'argent laissé (et/ou gardé) par Mobutu et ses dinosaures dans les banques ou dans l'immobilier en Occident. Une action en justice aurait permis de disqualifier, une fois pour toutes, la Banque mondiale, le FMI et ses créanciers comme "partenaires extérieurs " fiables du Congo.

Soulignons aussi que dans un pays où le gouvernement se soumet aux IFI et entraîne le Parlement à n'être que sa caisse de résonnance, il n'y a pas lieu de parler de souveraineté et même pas de légitimité du pouvoir. Les Parlementaires sont vite transformés en esclaves heureux et "frimeurs", traîtres des populations qu'ils sont sensés représenter.

Par sa soumission aux IFI, le gouvernement Congolais soumet le Parlement et prouve que, contrairement à la théorie (mal comprise) de la séparation des pouvoirs, le législatif ne jouit pas toujours d'une marge autonomie face à l'exécutif. (à suivre)

J.-P. Mbelu


Les caisses de l'État DRC

Vidées de $4,1 milliards de USD

J.-P. Mbelu

Le parlementarisme capitalo-financier, abusivement dénommé démocratie représentative, partout où il prospère, sert les intérêts des minorités des oligarques cyniques aux dépens des masses populaires asservies ou réduites à ramasser les miettes tombant de leur table.

Il est rare a la DRC, la mobilisation des recettes intérieures fasse l'objet d'un débat public.

Entretenant le flou sur les recettes intérieures, il a soutenu le slogan des "cinq chantiers" et hypothéquer l'avenir de nos générations futures en troquant des quantités inimaginables de nos matières premières contre une modique somme de neuf milliards de USD. Roulés dans la farine, les Congolais ont cru qu'avec les Chinois, ils allaient savoir à quoi sert leur or, leur cuivre et leur cobalt.

Malheureusement, ils n'ont pas su que le recours à l'extérieur (au FMI, à la Banque mondiale, à la Chine) est une tactique de prédation: ce recours cache les détournements intérieurs (et le système des commissions) équivalant ou dépassant les miettes venant de l'extérieur.

Pour preuve. Si $4,1 milliards USD sont les chiffres représentant un résultat partiel de l'enquête (selon Le Potentiel), le résultat total peut se chiffrer à plus de 10 milliards. Donc, l'extraversion politico-économique est une tactique de vol bien organisé.

Va-t-on revisiter les contrats chinois en tenant compte du fait que nous sommes capables de produire 10 milliards de dollars tout en ne bradant pas nos tonnes de matières premières?

La prédation

Par Willy Kabwe

Le Potentiel, 4 août 2008

Pour mon voisin de gauche, c'était de la poudre jetée aux yeux de l'opinion, car l'argent ne tombait pas dans les caisses de l'Etat. Et dans le meilleur des cas, des millions dollars américains ne faisaient qu'y transiter avant d'atterrir dans des poches d'une poignée d'«individus-Etat».

Avec un sourire sous cape, il lâche: «Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose». C'est le résultat partiel du travail réalisé par deux commissions interministérielles chargées, l'une d'audit et de bonne gouvernance, l'autre de récupération des immeubles et terrains de l'Etat. Celles-ci notent aussi qu'au moins 153 immeubles et 94 terrains de l'Etat ont été aliénés par des individus qui s'estiment au-dessus de la loi.

Qui est le baudet? Le Belge Karel De Gucht ou les mandataires de l'Etat et tous les vautours dont la voracité prédatrice sont uniques en leur genre ?

«Mayobo est resté muet sur la suite réservée au premier rapport faisant état du détournement de $2,8 milliards USD.

2,8 + 1,3 = $4,1 milliards USD. La RDC a-t-elle besoin de milliards chinois ou de millions européens pour se développer?


RDC: REPORTERS SANS FRONTIERES DEMANDE A KABILA DE S’OCCUPER
DES SES «BREBIS GALEUSES» DE SON ENTOURAGE

L’organisation de défense de la liberté de la presse, Reporters sans frontière (RSF), vient d’adresser une lettre a Hippolyte Kanombe Kazemberembe alias "Joseph Kabila", lui demandant son implication personnelle "pour identifier et sanctionner" l’auteur de menaces de mort proférées le 17 juillet 2008 contre des responsables de l’ONG congolaise de défense des droits des journalistes "Journaliste en danger" (JED).

RSF indique que l’intervention du président de la République est sollicitée pour l’unique raison que seul lui, le chef de l’Etat, a le
pouvoir de diligenter une enquête sérieuse sur cette question.

"Tout ce que nous disons, c’est que l’auteur de ces menaces se réclame du Hippolyte Kanombe Kazemberembe alias "Joseph Kabila" et de son parti, et qu’il faut faire la lumière là-dessus pour qu’aucun soupçon ne pèse sur le parti présidentiel", souligne RSF.
"Si c’est une brebis galeuse du camp présidentiel, nous estimons qu’elle doit être sanctionnée, comme si c’était n’importe qui, y
compris quelqu’un de l’opposition qui voudrait déstabiliser le régime".


LA  MAFIA  DE  L'ONU  EN  REPUBLIQUE  DEMOCRATIQUE  DU  CONGO

FLAMBEE  DE  L'IMMOBILIER,  DE  LA  PROSTITUTION,  TRAFIC  DE  RESSOURCES  

Véritable organisation d'occupation, l'ONU est omniprésente dans la capitale de la République Démocratique du Congo, sous les traits de la MONUC, depuis bientôt 10 ans. La Mission de l'Organisation des Nations Unies au Congo a établi son siège à Kinshasa, durant la période trouble qui a suivi la chute du président Mobutu et la prise de pouvoir par Laurent désiré Kabila, dont les troupes étrangères (du Rwanda et de l'Ouganda essentiellement) ont apporté sur le sol congolais une série de conflits, qui perdurent encore aujourd'hui dans l'est du pays.

La MONUC était sensée pacifier un territoire dont les richesses constituent un enjeu mondial. Les conflits n'ont jamais cessé, se muant même en rébellion chronique avec les troupes de Laurent Nkunda qui se battent contre l'armée régulière et occupe le sud du Kivu, alors que dans le même temps, le personnel et les infrastructures de la MONUC à Kinshasa, c'est-à-dire très loin de la zone des conflits, ne cesse d'augmenter.

La MONUC est absolument partout dans la capitale, elle étale ses richesses, son pouvoir, à travers un parc automobile et immobilier impressionnants. Des condominiums, où résidences fermées, des villas de luxe, des immeubles aux loyers exorbitants ont été construits ou réquisitionnés expressément pour ses privilégiés, qui peuvent payer plus de 5000 $ de loyer sans ciller. Cette clientèle fait la fortune des riches constructeurs Libanais et des propriétaires congolais, et provoque par la même occasion une flambée des prix de l'immobilier telle que le Congolais moyen ne peut même plus se loger.

Il y a 6 ans, avec un salaire de 1 500 $ dollars on était riche en RDC, car même les villas de plus de 5 chambres ne se louaient pas à plus de 300 $. Depuis l'arrivée de la MONUC, qui peut offrir à son personnel un an de loyer à 5 000 $/mois, payé à l'avance, les Congolais de classe moyenne sont obligés de débourser les mêmes sommes, dans les même conditions, pour pouvoir se loger. Les locaux de la MONUC s'étalent sur de nombreux sites et sur des milliers de mètres carrés. Un véritable Etat dans l'Etat, avec son économie parallèle, dont on pourrait pardonner l'arrogance si on en connaissait l'utilité. Car depuis maintenant 9 ans, tout le monde se demande : « Que fait la MONUC en RDC ? ».

Entendez par là, que fait la MONUC en RDC à part se pavaner dans toutes les boîtes de nuit, les restaurants chics et les quartiers chauds de la capitale, au bras de « petites ». Avec l'arrivée permanente d'effectifs de la MONUC chaque année, la prostitution à Kinshasa ne se cache plus, pire elle a trouvé dans les largesses des « soldats de la paix » une certaine légitimité. De nombreux bars et boîtes de nuit se sont lancés sur le créneau de cette clientèle oisive et surpayée, et déclarent sans détour faire leur beurre sur l'ONU. Un célèbre bar connu pour être fréquenté par des prostituées, le « 3615 », a été à l'origine, pendant plus de 2 ans, d'embouteillages monstres sur l'artère principale de la ville, car des centaines de Jeeps, estampillées UN (ONU), stationnaient devant sur plus d'un kilomètre. Le scandale a atteint un niveau tel que les dirigeants de l'ONU ont été obligés de demander à leur personnel de faire preuve de plus de « discrétion »….

Rappelons que le plus gros du personnel de la MONUC se trouve dans la capitale, où il n'y a aucun conflit. En revanche, ses services sont montrés du doigt dans de nombreux reportages télévisés concernant des conflits sociaux. Le « petit personnel » congolais de la MONUC, c'est-à-dire domestiques, vigiles, gardes, etc. ne touche que 9 $ (environ 6, 5 €) par jour et se plaint régulièrement de ce petit salaire qui n'est pas toujours versé, alors qu'il suffit de sortir le soir pour voir les MONUSIENS claquer 200 à 300 $ de restaurants tous les soirs. L'humanitarisme est donc très loin des préoccupations de la MONUC, qui ressemble davantage au « job de rêve sous les cocotiers ». Les bureaucrates et les soldats de paille de la MONUC sont les rois du pétrole au Congo-Kinshasa.

Excédées, la population et la presse ne cachent plus leur hostilité à l'égard de la MONUC et de nombreux journaux réclament le départ de l'organisation, qui, elle, profite du conflit au Kivu pour s'installer confortablement dans le pays. Un conflit auquel la MONUC prend part de manière surprenante. Le contingent indien de la MONUC, notamment, défraie régulièrement la chronique pour ses trafics d'or et de ressources avérés, régulièrement dénoncés par la presse, avec preuves à l'appui, mais qui ne lui ont valu jusqu'ici qu'une petite tape sur les doigts de la part des dirigeants de l'ONU. Tout comme les mêmes dirigeants ont estimé il y a 2 ans que les "soldats de la paix" impliqués dans les viols et abus sexuels sur mineurs, filmés par eux-mêmes, dans la même zone de conflit, ne méritaient pas plus qu'un petit blâme….

Le chef du contingent indien a déclaré publiquement (c'est-à-dire devant les micros de la télévision nationale congolaise) son soutien à Laurent Nkunda, dont les troupes déstabilisent l'est du pays depuis 5 ans, car il faut bien dire que cette guérilla arrange bien les trafics de ce contingent, totalement indépendant et incontrôlable. Cette dissidence donne même lieu à des situations totalement burlesques, qui voient le dit contingent se battre contre d'autres contingents de la MONUC (bataille rangée contre le contingent sénégalais notamment, au début du mois d'octobre 2008) pour protéger ses petites affaires.

Les populations multiplient les appels au secours et réclament au gouvernement congolais, totalement ligoté par l'ONU, le retrait des troupes de la MONUC de cette région, où elles créent et enveniment plus de conflits qu'elles n'en « pacifient ». Et l'actualité ne fait que leur donner raison. Alors que le conflit se durcit, que viols et massacres de civils sont commis sous les yeux impassibles des troupes de la MONUC, qui pourrait écraser sans effort la guérilla, l'organisation se contente comme toujours de faire dans la diplomatie, avec l'organisation vendredi dernier d'un sommet sur le conflit en RDC à Nairobi, qui a accouché d'un « cessez-le-feu immédiat ! », aussitôt violé.

A quoi sert donc l'ONU si ses troupes persécutent des populations qu'elles sont sensées secourir ? A quoi sert donc la MONUC, qui a installé un véritable « Club Med » en RDC ? Sa présence sur le sol congolais est tout simplement abusive et injustifiée. Le rôle de l'ONU semble se limiter à faire de la communication et du marketing sur les droits de l'homme, mais surtout à protéger les intérêts des Occidentaux en RDC. Ce pays, assis sur des ressources mondialement convoitées a manifesté clairement son désir de changer de partenaires commerciaux et politique en faisant appel à la Chine en début d'année. Prise de distances, peu appréciée par la Banque Mondiale, le FMI ou encore l'ex-métropole, la Belgique, et qui lui a certainement valu cette épée de Damoclès qu'est le conflit dans l'Est, savamment entretenue par l'ONU, qui ne cesse de renforcer sa mainmise sur le pays.

L'action de l'ONU en RDC fait écho aux nombreux scandales dénoncés à Haïti ou encore en Côte d'ivoire lors des conflits de 2002. Quelle instance pourra donc réguler et contrôler, voir sanctionner, l'action et les abus des organisations internationales, lorsqu'elles n'assurent plus, ou plutôt alors qu'elles n'ont jamais assuré ce rôle ? 


In less than 2 years a dozen Generals, and hundreds of Senior Military Officers and thousands of Congolese soldiers were killed under conditions somewhat tragic.

These include:

1. General SYLVAIN MBUKI
2. General MABILA
3. General AGOLOA
4. General VINCENT MULAND
5. General JEAN-CLAUDE TSHIBUMBU
6. General MBUDJA MABE
7. General MADOWADOWA
8. General MUFU 2 DEMON SANS TETE DEPAX
9. General MUFU 3 MUFU NDENGA

En moins de 2ans une dizaine de généraux, des centaines des hauts officiers et des milliers de soldats congolais ont trouve la mort dans des conditions quelque peu tragiques. Il s’agit entre autres de.


General Faustin Munene

Congolese General Arrested for Coup Attempt

20 January 2011

General Faustin Munene of the Armed Forces of the Democratic Republic of Congo, accused of a coup attempt, was arrested in the Congo Brazzavile in the coastal city of Pointe Noire.

According to the government's spokesman Lambert Mende, Munene was declared a fugitive in 2009, and was arrested at the request of the unelected regime of Hipolite Kanambere alias "Joseph Kabila" on charges of having started a revolt at the beginning of 2010 in his native province of Bandundu, (west).

In September 2009, Munene fled to avoid a military court that accused him of stirring strikes and a coup attempt.

Sources in Brazaville did not confirm the arrest, and Mende said they hope Munene is extradited, to facilitate the work of the Congolese justice.

GENERAL Faustin MUNENE
mort ou vivant, arrêté ou libre

Hier jeudi 20. janvier 2011, Le troubadour vuvuseleur « mudjinga » et collabo Congolais Lambert Mende est sorti encore une fois pour mentir : « je confirme l’arrestation du General Munene ». une sortie Cette fois-ci sans beaucoup de tapage lui reconnu, dans l’éphorie de sa prise, Mende n’a pas pu inviter comme d’habitude la presse tant nationale qu’internationale, il s’est contente par contre de faire une sortie quelque peu timide et honteuse faute de preuve, après avoir fait publier son mensonge par le journal kinois la Prospérité qui est devenu sa source d’information au service d’un autre collabo conseiller Spécial Pierre Lumbi a la solde du joséphisme usurpateur et pilleur.

Le collabo Lambert Mende a oubli une chose, le General Faustin Munene est un patriote résistant Congolais qui n’a perpétré aucun crime contre son propre pays la RD Congo par rapport aux Généraux tutsi rwandais Nkundabatware et Bosco Tangana, auteurs de crimes contre l’humanité, crimes de guerre , crimes sexuels… et qui se trouvent recherche par la justice nationale et internationale et pour lesquels le gouvernement joséphiste s’érige en protecteur et en collaborateur.

Peuple congolais, L’Union des Patriotes Résistants pour la Libération Totale du Congo (UPR) et son Président national s’insurgent contre cette attitude d’alias Joseph Kabila et ses collabos, qui est caractéristique d’un pouvoir type d’occupation, qui a comme seul objectif majeur de pourchasser, neutraliser et éliminer physiquement toute l’élite nationale a savoir les officiers supérieurs et autres cadres dans l’armée, la police, les services de sécurité, le politiciens, les leaders religieux, les responsables de la société civile, les intellectuels, les étudiants, chercheurs, les hommes d’affaires afin d’asseoir et pérenniser le pouvoir d’occupation dans notre pays.

Peuple Congolais, officiers militaires, soldats, policiers, leaders religieux, hommes politiques, responsables de la société civile, étudiants, intellectuels, hommes d’affaires, mamans, papas le jeunes sans avenir, les chômeurs en majorité de la population, tous les laisses pour compte et les affames... le temps est venu de s’élever comme un seul homme a la tunisienne pour sonner la fin de ce pouvoir qui ne respecte pas la dignité et les droits de notre –peuple et qui foule au pied la souveraineté de notre territoire national au profit de l’occupant et pilleur tutsi rwandais.

Alias Joseph Kabila n’est qu’un petit lieutenant de Paul Kagame en RDC et il doit sans délai subir la colère de notre peuple.

« Faustin Munene, comme l’indiquent les images que nous publions dans cette édition, aurait été photographié à Pointe-Noire, en vue de face, profil et même, par l’arrière-plan, peu avant son incarcération (Journal Kinois la prospérité)

Est-il arrêté ou pas ? S’il est effectivement arrêté, pourquoi ne montre-t-on pas ses images que cite bien ce journal devenu la voix du mensonge des occupants ?

Bref, il faudra comprendre le geste, se faire une idée et passer a l’action, nos compatriotes resistants General Faustin Munene, Kutino, Gabriel Mokia, Diomi Ndongala, Chebeya et son chauffeur, Tungulu et aujourd’hui les étudiants de l’UNIKIN sont des victimes de cette stratégie tutsi de haine et d’humiliation du peuple Congolais.

Nous devons en temps que peuple souverain, dire non à cette bavure de gouvernance nous imposée par Paul KAGAME, en chassant par la force ALIAS Joseph Kabila et ses collabos du Congo.


List of people killed and arrested in Kinshasa
by the Aparatus of Mr. Hippolyte Kanombe Kazemberembe (alias Joseph Kabila)

 06 October 2011

List pf people where killed using rubber bullets, Tear Bombs and White Arms

1. Jéremy KALONJI : Président section Barumbu, Av. Kilosa n°25
2. Muzika ZANGA AZIZA : Section Kassa-vubu, Av. Maringa n° 80
3. Okito-bo : Section Limete, Av. Nguya n° 39, Q. Mombele
4. Kasongo Papy: section Kassa-vubu, Av. Inzia n°23, Q. Lodja
5. Zabuka Isaac : Section Masina I, Av. emission N°30, Q. Sans fil
6. Babu TSHABOLA : section Masina I, Av. Lotima n° 13Bis, Q. TV
7. Atangana NGEDI : Section Masina I
8. Francy MONOMEY : Section Kingabwa, Av. Lobo n° 43, C. Limete
9. Louison KUSA : Section Masina I, Q. Nfumu nsuka
10. Kilif NGOY : Parti MLP, Av. Ngabano n° 26, Q. Osone, C/ Ngaliema
11. Tobeji

List of people arrested the the pacific manifestation.

1. Lobe BOTELA : Av. kilosa n° 62, C/ Kinshasa
2. Chris KALONJI: Av. Place mange n° 32, Yolo-sud, C. Kalamu
3. Didy : Av. Langalanga n° 2, Q. Mombele, C. Limete
4. Paty NTUMBA : Mbinza Ozone, secrétaire Fédéral/ Lukunga
5. Cedric ALANGA : Av. Lukula n° 2, Q/ Kingabwa mbuma, C/ Limete
6. Norbert WANGO: Av. Lumbi, C/ limete, Q/ kingabwa
7. Kayembe: Av. Zinnias n° 546, C/ Limete
8. Thoms NTUMBA: Av. Makanza n°58, C/ Ngiringiri
9. BADIBANGA Brintch: Av. Lukula n° 19, Q/ Mikondo, C/ Kimbanseke
10. Ntumba MASANKA: Av. Mubongo n° 83, C/ Masina
11. Guillaume PAKO: Av. Madoda N° 5Bis, C/ Bandalungwa
12. Didier KAYEMBE : Av. Lutunu n°1, Yolo-nord, C/ Kalamu
13. Tshinguvu MALAMBA : Av. des etats n° 4, Q/ Jolie- Parc, C/ ngaliema
14. Cyprien ELONGA : Av. kabuba n° 28, C/ Masina
15. Ebwangu LEMA : Av. Maluku n° 64, Q/ Mombele, C/ Limete
16. KAYEMBE Mede Mafuko: Av. mateko n° 13, C/ Lemba, Q/ Livulu
17. Lukiana BAEFANO: Av. Lumbi n° 23, C/ Limete


LISTE DE PAYE DES MILITAIRES FARDC AU FRONT

Publié le 16 juin 2012

LISTE DE PAYE DES MILITAIRES AU FRONT

(PAYEE AVEC IRREGULARITE)

1. COLONEL FULL: 74.198 FC ( 80$)

2. LIEUT. COLONEL: 71.198 FC (76$)

3. MAJOR: 69.568 FC (75$)

4. CAPITAINE: 66.698 FC (71.9$)

5. LIEUTENANT: 66198 FC (71.4$)

6. SOUS LIEUTENANT: 65.698 FC (70, 8$)

7. ADJOUDANT CHEF: 64.998 FC(70,11$)

8. ADJOUDANT DE PREMIERE CLASSE: 64.628 FC (69.7$)

9. ADJOUDANT: 64.198 FC (69$)

10. 1° SGT: 62.658 FC ( 67$)

11. CAPORAL: 60.698 FC (65.47$)

12. 1° CLASSE: 60.548 FC ( 65.3$)


A NOTER QUE:

1. L INSS A KINSHASA IMPOSE AUX ENTREPRISES UN SALAIRE MINIMAL GARANTI POUR LES TRAVAILLEUR “NON QUALIFIES” EQUIVALENT A 100$ + TRANSPORT+SECURITE SOCIALE.

2.LES MERCENAIRES TANZANIENS, RWANDAIS, ZIMBABWENS, ETC. COMPOSANT LA SECURITE RAPPROCHE DE KABANGE ONT UN SALAIRE MINIMAL DE 1000$.

3.LES DERNIERES DECONFITURES AU FRONT – DENONCES PAR DES MEDIAS COMME LE JOURNAL LE MONDE ET TFI/FRANCE- SONT DUES AU FAIT QUE LES SOLDATS EN PREMIERE LIGNE AU FRONT DE L ‘EST SONT RAREMENT RAVITAILLES -EN VIVRES ET MUNITIONS - ET MAL EQUIPES.


 

FFSA

Federation of the Free States of Africa

MENU - INDEX

Contact

Secretary General
Mangovo Ngoyo
Email: africa.federation@gmail.com

www.africafederation.net